Napoleon Series Archive 2015

Cuirasse percée par un biscaïen.

Une cuirasse percée par un biscaïen:

Provenant du champ de bataille de Essling Wagram - Casque du 5 éme régiment de Cuirassier
(le plus ancien connu). Cuirasse percée par un biscaiens à Essling le 22 mai 1809.
Musée de L'Emperi - Salon de Provence - France.
https://www.flickr.com/photos/vasnic64/4817445691/

.
.
.
Exemple d'une cuirasse percée par un biscaïen
démontrant la force des armes à feu de l'époque.
Le musée Wellington, Waterloo, Belgium.
http://users.skynet.be/les.cuirassiers/waterloo.htm

.
The canister shot-pierced breast plate demonstrates the force of penetration of the firearms of the period.
Canister shot consists of cylindrical metal canisters filled with small lead balls and fired by cannons.

.
.
.
La bataille de Waterloo (1815): cuirasse du carabinier François-Antoine Fauveau.
Musée de l'Armée (Paris) - (N° 5077, Ca 206 ).
http://www.musee-armee.fr/collections/base-de-donnees-des-collections/objet/la-bataille-de-waterloo-1815-cuirasse-du-carabinier-fauveau.html

.
.
.
"
Sur le champ de bataille, le rôle de la cavalerie lourde, dite aussi « cavalerie de réserve » est d’agir en masse et par le choc pour accentuer un avantage ou redresser une situation défavorable. La cavalerie lourde comprend des régiments de cuirassiers et de carabiniers. Les carabiniers qui ont subi de lourdes pertes lors de la campagne de 1809, portent depuis 1811 un casque et une cuirasse de fer semblables à ceux des cuirassiers, mais recouverts d’une feuille de laiton, pour s’en distinguer.

Corps d'élite admiré de tous, le 1er et le 2ème régiment de Carabiniers sont présents à Waterloo, le 18 juin 1815.

Maintenus en réserve, ils ne participent pas à la charge de la cavalerie contre l'armée de Wellington décidée par Napoléon dans une vaine tentative de prendre l'avantage avant l'arrivée du gros des troupes prussiennes. Malgré la bravoure des cavaliers menés par le maréchal Ney, la charge échoue.

Les carabiniers et ce qui reste des cuirassiers interviennent ensuite, en une ultime charge désespérée et improvisée qui constitue l'un des moments forts de la bataille de Waterloo. Ils ne font cependant qu'ébrécher le " mur " britannique. La moitié des effectifs reste à terre.

La cavalerie française, malgré sa puissance n'a pu à elle seule, faute d'infanterie pour la soutenir, renverser une situation mal engagée dès le départ. Après l'arrivée des troupes prussiennes, la garde impériale prend le relais. Son courage et sa valeur ne sont pas mis en défaut et assure sa gloire pour longtemps encore. La bataille, cependant, est déjà perdue."
.
.

Cuirasse de Cuirassier et Carabinier.
http://www.sabresempire.com/2012/03/blog-post.html

.
.
.
"Ici ce qui nous intéresse, est le test de pénétration des cuirasses.

Le fusil de test est long de 1 mètre 52, son calibre est de 17, 5 millimètres.

Les cuirasses des cuirassiers sont d’une épaisseur de 15 points, en tôle laminée, soit 2.8 cm d’épaisseur.

Le plastron pèse 4.49 kg et le derrière de la cuirasse pèse 3.26 kg.
Les cuirasses ont deux tailles pour répondre aux différences de stature entre les hommes.
Afin d’arrêter les coups de sabres, les cuirasses ont des gouttières à l’échancrure du col.

Les cuirasses de sapeurs, qui n’ont en fait qu’un plastron, sont plus épaisses, d’un poids de 7.2 kg et non affectées par le tir des carabines même à 12 toises (23 mètres), sauf la carabine tyrolienne (nous y revenons à la fin de l'article) qui la perce à cette distance!
Le tir du fusil français était précis entre cent et deux cents mètres, et encore efficace jusqu'à quatre cent cinquante ou cinq cents mètres

Les cuirasses ne garantissent pas des balles à toutes distances mais de celles, venant de loin, qui ont perdus de leur force, à plus de 200 mètres.

Elles garantissent des coups de sabres ou baïonnettes.

Résultat d’une épreuve réalisée le 11 juin 1807, entre trois différentes cuirasses :

Test sur les cuirasses des cuirassiers (no 1), sur des cuirasses d’acier Allemandes (no 2) et enfin sur les anciennes cuirasses de cavalerie (no 3) qui n’étaient qu’un plastron pesant 6.12 kg en acier et fer corroyés ensemble (utilisés pendant la guerre de 7 ans, mais délaissée car trop lourdes et encombrantes).

Voyons le test:

A 75 toises ou 140 mètres test au fusil français :

No 1 percée

No 2 intacte

No 3 intacte

A 54 toises ou 99 mètres au fusil:

No 1 percée

No 2 percée

No 3 Intacte

A 9 toises ou 16 mètres

La no 3 ne fait que le bosseler!

Même test mais au pistolet de cavalerie :

A 18 toises ou 33 mètres

No 1 percée

No 2 intacte

No 3 intacte

A 9 toises ou 16 mètres

Les no 2 et No 3 restent intacts.

Cuirasse vendue par Christies's en 2012.

La cuirasse des cuirassiers est donc bonne à les protéger des baïonnettes et coup de sabres mais pas des balles.

La cuirasse des carabiniers, plus chère, est faites à l’arrière, de cuivre et fer ; et le plastron, d’acier et cuivre mais la dilation différente des deux métaux pose des problèmes de désunion entre les plaques.

Apres 1817, sauf pour les trompettes qui garderont seulement le plastron, les carabiniers non montes n’auront plus de cuirasses.

Un petit mot sur la carabine tyrolienne, c’était une carabine à air !

Conçue en 1779, avec une portée maximale de 500 mètres, c’était un fusil à répétition très précis avec des chargeurs de 30 balles, dotée d’un système d’alimentation simple mais difficile de realisation ( la chambre a air en fer , devant supporter une énorme pression...plus de 10 fois celle d'un pneu d'automobile) et fiable avec un calibre de 9,5 millimètres.

Elle faisait 1,2 metre de long pour 4.5 kg.

Autre raffinement, certains sont munis d’un compteur de balles tirées avec le même réservoir!

Carabine à air de Girandoni.

Les rapports sur la portée et l’efficacité de ces armes sont éloquents quant à leur qualité. Les 10 premiers coups ont une portée de 110 mètres, les 10 suivants...91 mètres et les 10 derniers...73 mètres.

L'Empereur touché au pied devant Rastibonne Du fait de sa grande efficacité, l’armée tyrolienne décida de s’équiper de ces fusils et créa même une unité de tireurs d’élite... le manque d’approvisionnement de ce genre d’armes et la difficulté de recharger rapidement ces carabines... elle laissa le projet sans suite!

Selon les dires de Napoléon, c'est un de ces tireurs d'élite tyroliens qui le toucha et le blessa au pied devant Ratisbonne." http://www.sabresempire.com/2012/03/blog-post.html

Messages In This Thread

Cuirasse percée d'un coup de lance.
Cuirasse percée par un biscaïen.
Re: Cuirasse percée d'un coup de lance-> biscaien?
Re: Cuirasse percée d'un coup de lance-> biscaien?
Re: Cuirasse percée d'un coup de lance-> biscaien?
Re: Cuirasse percée d'un coup de lance-> biscaien?
Re: Cuirasse percée d'un coup de lance-> biscaien?
Re: Cuirasse percée d'un coup de lance-> biscaien?
Re: Cuirasse percée d'un coup de lance-> biscaien?
Re: Cuirasse percée d'un coup de lance-> biscaien?