Napoleon Series Archive 2015

On the Duna.

"The French advanced troops were already almost on the Diina. On the 13th [July] Oudinot with Legrand's division made a somewhat unnecessary demonstration against the bridge-head of Diinaburg. On the night of the 14~15th Wittgenstein bridged the Diina and sent across a detachment under Kulnev, which surprised St. Genies' cavalry brigade, and captured the brigadier and over 100 men. Meanwhile the First Army pursued its march, covered by the river, and reached Polotsk on the 18th." https://books.google.com/books?id=m_8HAwAAQBAJlpg=PA100

Jean Marie Noël Delisle de Falcon de Saint-Geniès, 1776-1836:
"Le 15 juillet, à 5 heures du matin, le général Kulniev passe le fleuve, à la tête de 5000 fantassins et autant de cavaliers, soutenus par les cosaques qui grouillent du côté français. Les premiers à trinquer sont les 150 Polonais à bout de forces du 10e hussards. Saint-Geniès aussitôt accouru se met à la tête des 200 hommes épuisés, montés sur des rosses chancelantes, qui restent du 11e régiment de chasseurs. Cheval tué sous lui, il est capturé. Les Russes font cent prisonniers, la plupart blessés. Cent autres restent sur le carreau. Sébastiani rend compte: "Les généraux Subervie et Saint-Geniès, les colonels du 11e chasseurs et du 10e polonais se sont distingués par leur sang-froid." "

"

Count Vigtenstein (whose present military reputation was then presaged by the hopes of the people), observing that the French posts on the opposite shore were negligently guarded, ordered Major-General Koulneff with the regiment of Grodno, and a few squadrons of Cossacs, to pass the river. A flying bridge was instantly constructed; and before the enemy were aware, the Russian force had not only gained the left bank of the Dwina, but had fallen upon them; and in a very short time drove them several wersts beyond their posts; leaving six hundred of their killed on the ground, and taking many prisoners. The French General of brigade, Saint Genies (who was wounded), with numerous officers, and two hundred men, were among the latter." https://books.google.com/books?id=v45BAAAAcAAJ&pg=PA27

"

J’ai déjà dit que pendant qu’0udinot faisait sa course sur Dünabourg, les corps de Ney, ainsi que l’immense réserve de cavalerie commandée par Murat, remontaient vers Polotsk par la rive gauche de la Düna, tandis que l’armée russe de Wittgenstein suivait la même direction par la rive droite. Ainsi séparés de l’ennemi par la rivière, nos cavaliers se gardaient mal et plaçaient, chaque soir, selon l’habitude française, leurs bivouacs beaucoup trop près des bords de la Düna. Wittgenstein, s’en étant aperçu, laissa passer l’infanterie de Ney et le gros de la cavalerie de Montbrun, dont la division du général Sébastiani fermait la marche, ayant pour arrièregarde la brigade du général Saint-Geniès, ancien officier de l’armée d’Égypte, homme très brave, mais peu capable. Arrivé au delà de la petite ville de Drouia, le général Saint—Geniès, sur l’ordre de Sébastiani, établit ses régiments au bivouac à deux cents pas de la rivière, qu’on croyait infranchissable sans bateaux. Mais Wittgenstein, ayant connaissance d’un gué très praticable, profita de la nuit pour faire passer le fleuve à une division de cavalerie qui, s’élançant sur le corps français, enleva presque entièrement la brigade Saint-Geniès, fit ce général prisonnier et contraignit Sébastiani à se retirer promptement avec le reste de sa division vers le corps de Montbrun. Après ce rapide coup de main, Wittgenstein rappela ses troupes sur la rive droite et continua à remonter la Düna. Cette affaire fit grand tort à Sébastiani et lui attira les reproches de l’Empereur." https://books.google.com/books?id=VWv8x8I44xUC&pg=PA71