Military Subjects: Battles & Campaigns

 

Eylau: Precis Des Travaux de la Grande Armée

Lettre de Lauderdale à Talleyrand offrant de servir de médiateur entre la France et la Russie : 15 septembre 1806

No. XXXI.  Le soussigné plénipotentiaire de S. M. britannique a transmis sans délai, à sa cour, la communication qui lui fut faite par son Exc. le ministre des relations extérieures, jeudi 4 de ce mois, et il s'empresse maintenant de répondre à cette communication en intimant à son Exc. la marche que S. M. a jugé a propos de lui prescrire pour sa conduite dans les circonstances actuelles.

S. M. Britanniqué toujours attentive au maintien t liaisons intimes, et de l'alliance qui subsistent en re S. M. et l'empereur de toutes les Russies, trouve naturellement dans la conduite récente de son illustre allié, et dans les témoignages qu'il vient de donner de l'intérêt qu'il prend au bien-être de la Grande-Bretagne, et au bonheur général de l'Europe, de nouveaux motifs pour ne séparer en aucun cas ses intérêts de ceux de la cour de Pétersbourg.

Cependant, S. M. ne prétend pas porter ce principe plus loin que ne l'a déjà dû faire le comte de Yarmouth, d'après les instructions de M. Fox, dans les communications de sa seigneurerie avec le Gouvernement français.  Rien n'empêche que les intérêts de la Grande-Bretagne et de la France ne soient traités séparément; seulement S. M. n'autorise pas les soussigné à signeur un traité autrement que provisoirement; ce traité ne devant avoir son plein effet que dans le cas où la paix se ferait, entre ce fidèle allié de la Grande-Bretagne et la France; c'est à ces conditions seulement que le soussigné est autorisé actuellement à négocier.

Le soussigné a ordre d'ajouter que S. M. britannique parfaitement instruite du désir de la cour de Pétersbourg, pour la paix, sur des bases réciproquement honorables et avantageuses, et compatibles en même tems avec les intérêts de l'Europe, l'a autorisé à faire part aux plénipotentiaires français des conditions auxquelles la Russie (d'après la connaissance intime et entière que possède S. M. britannique des intentions de cette cour), serait prête à négocier avec le Gouvernement français; de les rédiger en forme de traité, dans le cas où elles seraient consenties de part et d'autre; et d'insérer dans le traité provisionnel entre la Grande-Bretagne et la France, un article d'après lequel S. M. britannique s'engagerait à employer sa médiation pour obtenir l'accession de S. M. l'empereur de toutes les Russies à ce traité.

Le soussigné n'ignore pas que c'est aux plénipotentiaires français qu'il doit faire la communication officielle des conditions.  En attendant, et pour la satisfaction de son Exc. le ministre des relations extérieures, il n'a aucune difficulté de lui dire, qu'elles seront en substance les mêmes qui ont déjà été communiquées à son Exc. par son Exc. le baron de Budberg.

Les soussigné attendra, avec une vive impatience, la réponse que son Exc. le ministre des relations extérieures voudra bien lui faire par cette communication.  Il lui est d'autant plus essentiel de l'obtenir sous cette forme, que sa cour a remarqué sur ce, que les communications déjà faites par le soussigné, sont plusieurs fois restées sans réponse écrite.

Le soussigné a l'honneur de renouveller à son Exc. le ministre des relations extérieuses, les assurances de sa haute considération.                     

LAUDERDALE.

Paris, ce 15 septembre 1806.

 

 

 

Military Index | Battles Index | More on "Precis Des Travaux de la Grande Armee ]



Search the Series

© Copyright 1995-2012, The Napoleon Series, All Rights Reserved.

Top | Home ]