Military Subjects: Battles & Campaigns

 

Eylau: Precis Des Travaux de la Grande Armée

La capitulation pour la ville et forteresse de Magdebourg: 10 novembre 1806

Berlin, le 10 novembre 1806.

Articles de la capitulation pour la ville et forteresse de Magdebourg,

Convenus entre MM. le général de brigade Dutaillis, l'un des commandans de la légion d'honneur, chevalier de l'Ordre militaire de Bavière, et chef de l'état-major-général du 6e. corps de la Grande-Armée française en Allemagne : le colonel Liger Belair, officier de la légion d'honneur, adjudant-commandant en chef de l'état-major de l'avant garde; et le capitaine Regnard, membre de la légion d'honneur et aide-de-camp de S. Exc. M. le maréchal Ney, stipulant au nom de M. le maréchal d'Empire Ney, grand-officier de la légion d'honneur, grand-cordon, chef de la 7e. cohorte, chevalier de l'Ordre du Christ de Portugal, et commandant en chef du 6e. corps de la Grande-Armée française;

Et MM. de Renouard, général-major, chef d'un régiment d'infanterie et chevalier de l'Ordre du mérite militaire du Prusse; Dutrossel, colonel d'infanterie commandant de la place de Magdebourg; et Leblanc, capitaine au régiment Prince Louis de Prusse, infanterie, stipulant au nom de S. Exc. M. le comte de Kleist, général d'infanterie, chevalier des ordres de l'Aigle-Noir et de l'Aigle-Rouge de Prusse, et de celui de Saint-Alexandre et Neuski de Russie, et gouverneur militaire de la ville et citadelle de Magdebourg:

Art. Ier.  La ville, citadelle et fortifications de Magdebourg seront remises aux troupes du 6e. corps de la Grande-Armée française, avec leur artillerie, munitions, magasins, approvisionnemens de toutes espèces et propriétés publiques, sans aucune restriction, et dans l'état où toutes ces choses se trouveront au moment de la capitulation.

II. La porte dite d'Ulrich et les ouvrages extérieurs qui en dépendent, seront remis à l'armée française, pour être occupés par elle le 10 novembre après-midi.

III. La garnison aura les honneurs de la guerre; elle sortira le 11 novembre, à onze heures du matin, tambours battant, drapeaux déployés, avec quatre pièces de campagne, par la porte dite Ulrich.  Elle mettra bas les armes, et la cavalerie livrera ses armes et ses chevaux dans l'endroit qui sera convenu, à la portée du canon de la place.

IV. Les armes déposées, la garnisons sera prisonnière de guerre; les soldats seront conduits en France, et MM. les officiers seront prisonniers sur leur parole d'honneur de ne point servir échange contre S. M. l'Empereur des Français et roi d'Italie, ni contre ses alliés, et ils auronta liberté de se retirer aux lieux qu'ils désigneront.  Cependant les seuls officiers qui on leur famille, et qui sont établis et mariés à Magdebourg, pourront rester dans la ville.

V. MM. les officiers conserveront leurs épées, leurs bagages et leurs chevaux.  Les soldats conserveront aussi leurs havresaces et porte-manteaux.

VI. Les cadets, porte enseignes, feld-webels de l'infanterie et premiers maréchaux-de-logis de la cavalerie, seront considérés comme officiers et traités comme tels.

VII. Les auditeurs, aumòniers, chirurgiens et quartiers-maîtres ne seront point considérés commes prisonniers de guerre.

VIII. Les deux compagnies incomplètes d'invalides qui se trouvent dans la place, y laisseront leurs armes, et seront renvoyées dans leurs anciennes garnisons, l'une à Peim près Hildesheim, l'autre à Aacken, où elles recevront leur solde et nourriture ordinaire par les soins des autorités locales et aux dépens du pays.

IX. Après le départ de la garnison, MM. les officiers rentreront dans la ville pour y recevoir leurs passeports, et partiront après les avoir reçus.  Les revers contenant parole d'honneur de ne point serviravant échange seront préparés d'avance.

X. Les soldats mariés et établis à Magdebourg au dans l'étendue de l'inspection resteront dans leur famille, à condition de ne point servir avant échange et de ne point porter l'habit militaire.

XI. Les officiers et soldats blessés  et malades pourront rester à Magdebourg jusqu'à leur guérison.  Ils seront soignés aux dépens de la ville.

Des chirurgiens-majors prussiens resteront dans la place en nombre suffisant pour les soigner.  Ils seront, pendant toute la durée de leur séjour, traités par la ville comme les chirurgiens-majors français.

XII. Les personnes, les propriétés particulières des habitans, les cultes et les opinions religieuses sont mis sous la sauve-garde des lois et de la loyauté française.

S'il y avait dans la ville des personnes qui voulussent la quitter, soit en y conservant , soit en vendant leurs propriétés, il leur serait donné les passeports et garanties nécessaires.

XIII. Il ne sera rien changé dans l'administration, ni dans les institutions actuelles du pays.  Les magistrats qui en sont chargés, continueront leurs fonctions et recevront protection de l'armée française.

XIV. Il sera nommé, de part et d'autre, des commissaires pour l'inventaire et la remise des plans et cartes, papiers, archives, artillerie, munitions de guerre et de bouche, et de toutes les propriétés publiques, de quelque nature qu'elles soient, qui peuvent se trouver dans la place.

XV. MM. Les officiers supérieurs et autres, ainsi que les cadets, porte-enseignes, feld-webels, et premiers maréchaux-des-logis qui se retireront, en aventu de la présente capitulation, dans les provinces prussiennes occupées par les armées françaises, ou qui viendraient à l'être par la suite, recevront, aux dépens de ces provinces et par les soins des administrations locales, leurs gages et appointemens sur le pied de paix.  Ces gages et appointemens devront être exactement payés le premier de chaque mois.

XVI. S. Exc. M. le gouverneur de Magdebourg aura la faculté d'envoyer, s'il le juge convenable, un officier à sa cour, pour lui donner avis de la présente capitulation.  Cet officier recevra les passeports nécessaires.

XVII. Tous les articles de la présente capitulation qui pourraient paraître présenter un sens douteux, seront interprêtés à   l'avantage de la garnison.

XVIII. Il sera donné de part et d'autre trois ôtages du grade qui sera convenu, pour la garantie réciproque de l'éxécution de la capitulation.  Ces ôtages seront remis demain 9 novembre, et seront respectivement rendus après l'occupation de la place.

Fait double à Magdebourg, le 8 du mois de novembre 1806.

Signé, DUTAILLIS,

gal. de brigade,

chef d'état-major.

Signé, Von RENOUARD,

général-major.

Signé, LIGER BELAIR,

adjudant-command.

Signé, DUTROSSEL,

colonel-commandant.

Signé, L. A. J. REGNARD,

capit. aide-de-camp.

Signé, H. LEBLANC,

capitaine.

Pour copie conforme,

Le maréchal d'Empire, Signé, NEY.

 

 

 

Military Index | Battles Index | More on "Precis Des Travaux de la Grande Armee" ]



Search the Series

© Copyright 1995-2012, The Napoleon Series, All Rights Reserved.

Top | Home ]