Military Subjects: Organization, Strategy & Tactics



REGLEMENT Concernant l’exercice et les Manœuvres de l’Infanterie

Du 1er août 1791

DE PAR LE ROI

Sa Majesté s’étant fait rendre compte des ordonnances et instructions provisoires précédem­ment rendues sur l'exercice et les manœuvres de l'infanterie , et voulant régler définitivement ce qui concerne ces objets, a ordonné et ordonne ce qui suit :

T I T R E    II.

SECOND PARTI E.

Port d’armes.

46.  L'instructeur ne fera passer l'homme de recrue à cette seconde partie as l'école du soldat, que lorsqu'il sera bien affermi dans la position du corps, et la formation du pas direct et oblique.

47. L'instructeur réunira alors trois hommes, qu'il placera sur un rang coude à coude ; il leur montrera le port d'armes, ainsi qu'il suit.

PREMIÈRE LEÇON.

Principes du port d’armes.

48.  L'homme de recrue étant placé comme il a été prescrit dans la première leçon de la première partie, l'instructeur lui fera relever la main gauche, sans plier le poignet, et ne faisant agir que l'avant-bras gauche ; l’instructeur élèvera alors le fusil perpendiculairement, et le placera de la manière suivante.

L'arme dans la main gauche, le bras très -peu ployé, le coude en arrière et joint au corps sans le serrer , la paume de la main serrée contre le plat extérieur de la crosse, son tranchant exté­rieur clans la première articulation des doigts , le talon de la crosse entre le premier et le second doigt . le pouce par-dessus, les deux derniers doigts sons la crosse, qui sera appuyée plus ou moins ta arrière, suivant la conformation de

[24] l'homme, de manière que l'arme vue de face, reste toujours perpendiculaire, et que le mouvement de la cuisse en marchant ne puisse pas la faire lever ni vaciller ; la baguette au défaut de l’épaule, le bras droit pendant naturellement, comme il a été prescrit dans la première leçon de la première partie.

Observations relatives au port d’armes.

49. Il n'est pas rare de rencontrer des hommes de recrue qui ayant des défauts naturels dans la conformation des épaules , de la poitrine et des hanches ; l'instructeur doit s'efforcer de corriger , ayant que possible, ces défauts, avant que de faire porter , l'arme au soldat , et doit avoir ensuite une attention suivie à régler le port d'armes selon ces défauts de conformation de manière que le coup- d'œil général en soit uniforme , sans que les hommes soient gênés dans leur position.

50. Il observera que les hommes de recrue sont sujets à déranger la position du corps, lors­qu'ils commencent à porter l'arme, et sur -tout à renverser les épaules, ce qui fait que l'arme manquant de point d'appui, ils descendent la main gauche pour empêcher que l'arme ne tombe, baissent l'épaule gauche, creusent le flanc, ouvrent les coudes afin de reprendre l'équilibre, etc.

51. L’instructeur aura attention de corriger tous ces défauts et de rectifier continuellement leur position ; il leur ôtera quelquefois l'arme pour la replacer ensuite, évitera de les fatiguer dans les commencements, et s'attachera à leur rendre peu à peu cette position si naturelle et si facile, qu'ils puissent la conserver longtemps sans fatigue.

52. Enfin l'instructeur doit apporter [25] beaucoup d'attention à ce que le port d'armes ne soit ni trop haut ni trop bas : s'il étoit trop haut , il fer oit ouvrir le coude gauche, le soldat occuper oit par-là trop d'espace dans le rang , et l'arme seroit chancelante ; s'il étoit trop bas , le soldat n'aurait pas l'espace nécessaire pour manier sou arme avec liberté , parce que les files se trouver oient trop serrées , le bras gauche fatiguer oit trop , entraîneroit l'épaule, etc.

53. L'instructeur fera répéter les mouvements de tête à droite et à gauche, ainsi que les à droite et les à gauche, et les demi-tour à droite, l’arme portée, avant dé passer à la deuxième leçon.

SECOND LEÇON.

Maniement des armes.

54. Le maniement des armes sera montré aux trois hommes placés d'abord sur un rang coude à coude, et ensuite sur une file.

55. L'exécution de chaque commandement ne formera qu'un temps, mais ce temps sera divisé en mouvements, afin d'en mieux faire connaître le mécanisme au soldat.

56. La dernière syllabe du commandement décidera l'exécution brusque et vive du premier mouvement ; les commandements deux et trois décideront celle des autres mouvements. Dès que le soldat connaîtra bien la position des divers mouvements d'un temps, on lui montrera à l'exécuter sans s'arrêter sur ces différents mouvements, mais il en observera le mécanisme, afin d'assurer l'arme, et pour éviter les inconvénients qui résultent de ce qu'on appelle escamoter l’arme.

57. Le maniement des armes sera montré dans la progression suivante ; l’instructeur commandera : [26]

CHARGE EN DOUZE  TEMPS.

1. Chargez = vos ARMES

Un temps et deux mouvements.

Premier mouvement.

58. Faire demi à droite sur le talon gauche, placer en même temps le pied droit en équerre derrière le talon gauche, la boucle appuyant contre le talon ; tourner l'arme avec la main gauche la platine en dessus, et saisir en même temps la poignée du fusil avec la main droite, l'arme d'aplomb et détachée de l'épaule, laisser la main gauche sous la crosse.

Deuxième mouvement.

59. Abattre l'arme avec la main droite dans la main gauche, qui viendra en même temps la saisir à la première capucine, le pouce allongé le long du bois, la crosse sous l'avant-bras droit, la poignée du fusil contre le corps, à environ deux pouces au dessous du téton droit, le bout du canon, à hauteur de l'œil, la sous-garde un peu en dehors, le coude gauche appuyé sur le côté ; en même temps que l'arme tombe dans la main gauche, le pouce de la main droite se placera contre la batterie au-dessus de la pierre, les quatre autres doigts fermés, l'avant-bras droit le long de la crosse.

2.  Ouvre = LE BASSINET.

Un temps et un mouvement.

60. Découvrir le bassinet, poussant fortement la batterie avec le notice de la main droite , la main gauche résistant, et contenant l'arme ; retirer aussitôt le coude droit en arrière, porter [27] la main à la giberne, en la passant entre la crosse et le corps, et ouvrir la giberne.

3. Prenez = LA CARTOUCHE.

Un temps et un mouvement.

61.  Prendre la cartouche entre le pouce et les deux premiers doigts, et la porter tout de suite entre les dents, la main droite passant entre la crosse et le corps.

4. Déchirez = LA CARTOUCHE.

Un temps et un mouvement.

62. Déchirer la cartouche jusqu'à la poudre, le tenant près de l'ouverture entre le pouce et les deux premiers doigts (PL. III, fig. 4.) ; la descendre tout de suite et la placer perpendiculairement contre le bassinet, la paume de la main droite tournée vers le corps, le coude droit appuyé sur la crosse.

5. AMORCEZ.

Un temps et un mouvement.

63.  Baisser la tête, porter l'œil sur le bassinet, le remplir de poudre, resserrer la cartouche près de l'ouverture avec le pouce et le premier doigt, relever la tête et porter la main droite derrière la batterie, en appuyant les deux derniers doigts contre.

6. Fermez = LE BASSINET.

Un temps et un mouvement.

64.  Résister de la main gauche, Fermer fortement le bassinet avec les deux derniers doigts , tenant toujours la cartouche entre les deux premiers et le pouce ; saisir tout de suite la poignée du fusil avec les deux derniers doigts et la paume de la droite , le poignet droit joint au corps , le coude en arrière et un peu détaché du corps.

[28]

7. L'arme = A GAUCHE.

Un temps et deux mouvements.

Premier mouvement.

65. Redresser l'arme le long de la cuisse gauche, en appuyant fortement sur la crosse et étendant vivement le bras  droit, sans  baisser  l'épaule droite; tourner en même temps la baguette vers le corps, ouvrir la main gauche et laisser couler l'arme dans cette main jusqu'à la seconde capucine, le chien portant sur le pouce de la main droite ; faire en même temps face en tête en tournant sur le talon gauche, porter le pied droit en avant, le talon contre la boucle du pied gauche.

Second mouvement.

66.  Lâcher alors le fusil de la main droite, descendre l'arme avec la main gauche le long et près du corps, remonter en même temps la main droite à hauteur et à vin pouce de distance du canon, poser la crosse à terre sans frapper, la main appuyée au corps au dessous du dernier bouton de la veste, l'arme touchant la cuisse gauche, le bout du canon vis-à-vis le milieu du corps.

8. Cartouche = DANS LE CANON.

Un temps et un mouvement

67. (PL. III, fig. 5.) Porter l'œil sur le bout du canon, tourner brusquement le dessus de la main droite vers le corps, pour renverser la poudre dans le canon, en élevant le coude à la hauteur du poignet ; secouer la cartouche, l'enfoncer dans le canon, et laisser la main renversée, les doigts fermés sans les serrer.

9. Tirez = LA BAGUETTE.

Un temps, et deux mouvements.

Premier mouvement.

68. Baisser vivement le coude droit, et saisir la baguette entre le pouce et le premier doigt ployé, les autres fermés ; la tirer vivement en allongeant le bras, les ongles en l’air ; la ressaisir par le milieu entre le pouce et le premier doigt, la main renversée , la paume de la main en avant , et la tourner rapidement entre la bayonnette et le visage , en fermant les doigts, les baguettes des hommes du second et troisième rang rasant l'épaule droite de l’homme qui est immédiatement devant eux dans leur file , la baguette droite et parallèle à la bayonnette, le bras tendu, les yeux en l'air , le gros bout de la baguette vis-à-vis l'embouchure du canon sans y être engagé.

Second mouvement.

69. Mettre le gros bout de la baguette dans le canon, et l'y enfoncer jusqu'à la main.

10. BOURREZ

Un temps et un mouvement.

70. (PL. III, fig. 6.) Etendre le bras de sa longueur, en remontant la main droite pour saisir la baguette avec le pouce allongé, le premier doigt ployé et les autres fermés ; la chasser avec force dans le canon deux fois de suite, et la ressaisir par le petit bout entre le pouce et le premier doigt ployé , les autres fermés, le coude droit joint au corps.

11. Remettez = LA BAGUETTE

Un temps et deux mouvements.

Premier mouvement.

71.  Comme au premier mouvement Retirez sa, baguette, porter le petit bout de la baguette à l'entrée des tenons, sans l'y engager.

[30]

Second mouvement.

73. Engager le petit bout dans le tenon et faire glisser la baguette avec le pouce ; remonter vivement la main, la placer un peu pliée sur le gros bout.

12. Portez = VOS ARMES.

Un temps et trois mouvements.

Premier mouvement.

73. (PL. III, fig. 1.) Elever l'arme avec la main gauche le long du corps, la main gauche à hauteur de l'épaule, le coude gauche ne quittant pas le corps, le canon en dehors ; descendre en même temps la main droite, pour saisir l'arme à la poignée.

Second mouvement.

74. Elever l'arme de la main droite, lâcher alors la main gauche, la descendre et la porter sous la crosse ; rapporter en même temps le talon droit à côté du gauche et sur le même alignement ; appuyer l'arme avec la main droite contre l'épaule, dans la position indiquée pour le port d'armes, la main droite touchant l'arme à la poignée, sans la serrer.

Troisième mouvement,

75. Laisser tomber vivement la main droite le long de la cuisse dans la position prescrite.

Apprêtez = VOS ARMES.

Un temps et trois mouvements.

(PL. VI, fig. 1.) POSITION DU 1er. RANG.

Premier mouvement.

76. (PL. IV, fig. 1.) Tourner l'arme, la platine en dessus, avec la main gauche, la saisir avec la main droite à la poignée, comme au premier mouvement de la charge, et rester face en tête, en [31] tournant seulement la pointe du pied gauche un peu en dedans.

Second mouvement.

77. Porter vivement le pied droit en arrière , le talon en l’air, les doigts du pied pliés, poser le genou à terre à dix ou douze pouces en arrière, et à environ six pouces sur la droite du talon gauche, observant de ne pas tomber brusquement ; descendre en même temps l’arme avec la main droite, la saisir avec la main gauche à la première capucine, poser la crosse à terre sans frapper, la placer devant la cuisse droite, de manière que le bec de la crosse soit vis-à-vis le talon gauche , saisir en même temps le chien avec le pouce et le premier doigt de la main droite.

Troisième mouvement.

78. Armer.

(PL. IV, fig. 2.) POSITION DU 2e RANG

Premier mouvement.

Comme le premier mouvement de la charge.

Second mouvement.

79. Apporter l’arme avec la main droite au milieu du corps, placer la main gauche, le petit doigt joignant le ressort de la batterie, le pouce allongé le long du bois à hauteur du menton , la contre- platine tournée presque vers le corps, la baguette vers le front du bataillon ; porter en même temps le pouce de la main droite sur la tête du chien, le premier doigt au dessous et contre la sous-garde, les trois autres doigts joints au premier.

Troisième mouvement.

80. Fermer vivement le coude droit en armant, et saisir l’arme à la poignée.

[32]

(PL. IV, fig. 3.) POSITION DU 3e RANG.

Premier, second et troisième mouvement.

Comme ceux du second rang.

JOUE.

Un temps et un mouvement.

81. (PL. IV fig. 4 et 5) Abaisser brusquement le bout du canon, glisser vivement la main gauche jusqu'à la première capucine, appuyer la crosse contre l'épaule droite, le bout du canon un peu baissé, les coudes abattus sans être serrés au corps, fermer l'œil gauche, diriger l'œil droit le long du canon, abaisser la tête sur la crosse pour ajuster, placer le premier doigt sur la détente.

82. (PL. IV fig. 6.) Les hommes du troisième rang seulement, porteront en même temps le pied droit à huit pouces sur la droite, vers le talon gauche de l'homme qui est à côte d'eux.

Redressez = VOS ARMES.

Un temps et un mouvement.

83. Redresser fortement l'arme, et reprendre la position du troisième mouvement,    apprêtez vos armes.

FEU.

Un temps et un mouvement.

84. Appuyer avec force le premier doigt sur la détente, sans baisser davantage la tête ni la détourner, et rester dans cette position.

CHARGEZ.

Un temps et un mouvement.

85. Retirer brusquement l'arme, et prendre la position du deuxième mouvement du premier temps de la charge, excepté que le pouce de la main droite, au lieu de se placer contre la batterie [33] saisira la tête du chien avec le premier doigt plié et les autres fermés, Le premier rang se relèvera vivement sans pencher le corps en avant, mais en effaçant l'épaule droite, afin de ne point rencontrer l'arme du deuxième rang, et le troisième rang rapportera le pied droit derrière le gauche, la boucle contre le talon.

86. Lorsque étant dans cette position, l'instructeur voudra faire charger les armes, il commandera :

Le chien = AU REPOS.

Un temps et un mouvement.

87.  Relever le chien jusqu'au cran du repos, prendre garde de ne pas l'armer ; porter aussitôt la main à la giberne, en la passant entre la crosse et le corps, et ouvrir la giberne.

88.  Lorsqu'au lieu de faire charger les armes, l'instructeur voudra les faire porter, il commandera :

Portez = VOS ARMES.

89. Au commandement portez, les soldats mettront le chien en repos,  comme il vient d'être expliqué, fermeront le bassinet, et saisiront le fusil à la  poignée ; à celui, vos armes, ils porteront les armes vivement, et feront, face en tête.

(PL. V, fig. 1.) Présentez = VOS ARMES.

Un temps et deux mouvements.

Premier mouvement.

90. Comme le premier mouvement de la charge, excepté que le soldat restera face en tête.

Second mouvement

91. Achever de tourner l'arme avec la main droite, pour l’apporter d’aplomb vis-à-vis l'œil.

[34] gauche, la baguette en avant, le chien à hauteur du dernier bouton de la veste, la main droite empoignant l'arme au dessous et contre la sous-garde ; l’empoigner en même temps brusquement avec la main gauche, le petit doigt contre le ressort de la batterie, le pouce allongé le long du canon contre la monture, l'avant-bras collé au corps sans être gêné, rester face en tête, sans bouger les pieds.

Portez = VOS ARMES.

Un temps et deux mouvements.

Premier mouvement.

92. Tourner l'arme avec la main droite le canon en dehors l’élever et le placer contre l'épaule gauche avec la main droite, descendre la main gauche sous la crosse, la main droite restant libre sur la poignée.

Second mouvement.

93. Laisser tomber vivement la main droite à sa position.

Reposez-vous = SUR VOS ARMES.

Un temps et deux mouvements.

Premier mouvement.

94. Descendre l'arme en allongeant vivement le bras gauche, la saisir en même temps avec la main droite au dessus et près de la première capucine ; lâcher l'arme de la main gauche, et la porter vivement vis-à-vis l’épaule droite, la baguette en avant, le petit doigt derrière le canon, la crosse à trois pouces de terre, la main droite appuyée à la hanche, l'arme d'aplomb, la main gauche pendante sur le côté.

[35]

Second mouvement.

95. Laisser glisser l'arme dans la main, la laisser tomber sans frapper, et prendre la position qui va être indiquée.

Position du soldat REPOSÉ SUR L'ARME.

96.  (PL. V, fig. 2.) La main basse, le canon entre le ponce et le premier, doigt allongé le long de la monture, les trois autres doigts allongés et joints, le bout du canon à environ deux pouces de l'épaule droite, la baguette en avant, le talon de la crosse à côté et contre la pointe du pied droit, l'arme d'aplomb.

97.  Lorsque l'instructeur voudra faire reposer dans cette position, il commandera :

REPOS.

98. À ce commandement, le soldat passera la main droite étendue sur la baguette, et appuiera le bout du canon contre l'épaule droite.

99.  Lorsque l'instructeur voudra ensuite faire passer le soldat de l’état de repos à celui de l'immobilité, il commandera :

100.

1.  Garde à vous.

2. PELOTON.

101. Au second commandement, le soldat reprendra la position de reposez sur les armes, no. 96.

Inspection des armes.

102. Le soldat étant dans la position de reposé sur les armes, l'instructeur commandera:

Inspection = DES ARMES.

Un temps et un mouvement.

103. Faire un à- droite et demi sur le talon gauche , en portant le pied droit à six pouces du gauche perpendiculairement en arrière de l'alignement , les [36] pieds en équerre ; saisir l'arme brusquement de la main gauche à la hauteur du dernier bouton de la veste, incliner le bout du canon en arrière sans que la crosse bouge, la baguette tournée vers le corps , porter en même temps la main droite à la bayonnette la saisir par la douille et la branche , de manière que l'extrémité de la douille dépasse la talon de la main d'un pouce , et qu'en la tirant le pouce s'allonge sur la lame ; l'arracher du fourreau , la porter et la fixer au bout du canon , saisir aussitôt la baguette , et la tirer comme il est expliqué à la charge en douze temps ; la laisser glisser dans le canon , et se remettre aussitôt face en tête dans la position de reposé sur les armes, n°. 96.

104. Alors l'instructeur inspectera successivement l'arme de chaque soldat, en passant devant le rang. Chaque soldat, à mesure que l'inspecteur passera devant, lui, élèvera vivement son arme de la main droite, la saisira avec la main gauche entre la première capucine et le ressort de la batterie, la platine en dehors, la main gauche à hauteur du menton, l'arme vis-à-vis l'œil gauche, l'instructeur la prendra, et la lui rendra après l'avoir examinée ; le soldat la reprendra de la main droite, et la replacera à la position de reposé sur les armes.

105. Lorsque l'instructeur l'aura dépassé, il remettra de lui-même la baguette, en reprenant la position prescrite au commandement d'inspection des armes, après quoi il se remettra face en tête.

106. Si, au lieu de faire l'inspection des armes, l'instructeur veut seulement faire mettre la bayonnette au bout du canon, il commandera :

Bayonnette = AU CANON.

Un temps et un mouvement.

[37]

107. Prendre la position indiquée ci-dessus, mettre la bayonnette au bout du canon, comme il a été expliqué, et se remettre aussitôt face en tête.

108. Si, la baïonnette étant au bout du canon, l'instructeur veut faire mettre la baguette dans le canon pour faire l'inspection des armes, après avoir tiré, il commandera:

Baguette = DANS LE CANON.

Un temps et un mouvement.

109. Mettre la baguette dans le canon, comme il a été expliqué ci-dessus, et faire aussitôt face en tête ; la remettre ensuite successivement, à mesure que l'arme de chaque soldat aura été inspectée.

110. Le soldat n'élèvera pas l'arme pour la présenter à l’instructeur lorsqu'il passera devant lui, l’instructeur devant seulement examiner si l'arme n'est point chargée ; il pourra, pour s'en assurer, prendre la baguette par le petit bout et la faire sauter dans le canon.

Vos armes = A  TERRE.

Un temps et deux mouvements.

Premier mouvement.

111. Tourner l'arme de la main droite, la contre-platine en avant ; saisir en même temps le coin de la giberne avec la main gauche, courber le corps brusquement, avancer le pied gauche, le talon vis-à-vis la première capucine, poser l'arme à terre droit devant soi avec la main droite, le talon de la crosse restant toujours à hauteur de la pointe du pied droit, le jarret droit un peu ployé, le talon droit élevé.

[38]

Second mouvement

112. Se relever, rapporter le pied gauche à côté du droit ; lâcher la bretelle de la giberne, et laisser tomber les deux mains à leur position.

Relevez = VOS ARMES

Un temps et deux mouvements.

Premier mouvement.

113.  Comme le premier mouvement de vos armes à terre.

Second mouvement.

114.  Relever l'arme, rapporter le pied gauche à côté du droit et tourner aussitôt l'arme avec la main droite, la baguette en avant ; lâcher en même temps la giberne, et laisser tomber la main gauche à sa position.

Portez = VOS ARMES.

Un temps et deux mouvements.

Premier mouvement.

115.  Élever vivement l'arme de la main droite ; la porter contre l'épaule gauche en la faisant tourner pour que le canon se trouve en dehors ; placer en même temps la main gauche sous la crosse, et descendre la main droite contre la batterie.

Second mouvement.

116.  Laisser tomber la main droite vivement à sa position.

(PL. V. fig. 3.) L'arme = AU BRAS

Un temps et trois mouvements.

Premier mouvement.

117.  Empoigner brusquement l'arme à quatre pouces au-dessous de la platine, sans tourner arme et en l'élevant un peu.

[39]

Second mouvement.

118.   Quitter la crosse de la main gauche, placer l'avant-bras gauche étendu sur la poitrine contre le chien, la main sur le téton droit,

Troisième mouvement.

119.  Laisser tomber la main droite vivement à sa position.

L’arme = A VOLANTÉ

120. Porter l'arme indifféremment sur l'une ou sur l'autre épaule, d'une ou des deux mains, l'extrémité du canon en l'air.

L’arme = AU BRAS.

121.  Reprendre vivement la position du troisième mouvement de ce temps, no. 119.

Portez = VOS ARMES.

Un temps et trois mouvements.

Premier mouvement.

122. Porter brusquement la main droite à la poignée de l'arme.

Second mouvement.

123. Placer brusquement la main gauche sous la crosse.

Troisième mouvement.

124.  Laisser tomber la main droite vivement à sa position, descendre en même temps l'arme avec la main gauche à la position du port d'armes.

Remettez = LA BAYONNETTE.

Un temps et trois mouvements.

Premier mouvement.

125. Descendre l'arme en allongeant le bras gauche ; la saisir en même temps avec la main [40] droite, au-dessus et près de la première capucine, comme au premier mouvement de reposé sur les armes.

Second mouvement.

126. Descendre l'arme de la main droite le long de la cuisse gauche ; la saisir de la main gauche au-dessus de la droite pour prendre la position du second mouvement de l'arme à gauche, mais sans placer le talon droit devant la bouche du pied gauche ; ôter la bayonnette avec la main droite, la remettre dans le fourreau, et laisser la main droite près de la douille.

Troisième mouvement.

127.  Elever l'arme de la main gauche, la saisir à la poignée avec la main droite, et porter l'arme.

L'arme sous le bras = GAUCHE.

Un temps et deux mouvements.

Premier mouvement.

128. Empoigner brusquement l'arme avec la main droite, le pouce sur la contre- platine et le premier doigt contre le chien, détacher en même temps l'arme de l'épaule, le canon en dehors, sans que le bec de la crosse change de place ; la saisir avec la main gauche à la première capucine, le pouce allongé sur la baguette, l'arme d'aplomb vis-à-vis l'épaule, le coude gauche joint à l'arme.

Second mouvement.

127. Renverser l'arme, la passer sous le bras gauche, la main gauche restant à la première capucine, le pouce appuyé sur la baguette pour l'empêcher de glisser, le petit doigt appuyé à la hanche, la main droite tombant en même temps à sa position.

[41]

Portez = VOS ARMES.

Un temps et deux mouvements.

Premier mouvement

130. Relever l'arme de la main gauche sans trop brusquer ce mouvement, pour éviter que la baguette ne s'échappe des tenons ; la saisir de la main droite à la poignée pour l'appuyer contre l'épaule ; quitter en même temps l'arme de la main gauche et la placer brusquement sous la crosse.

Second mouvement.

131. Laisser tomber la main droite vivement à sa position, descendre en même temps l'arme avec la main gauche à la position du port d'armes.

Bayonnette = AU CANON.

Un temps et trois mouvements.

Premier mouvement.

132. Comme le premier mouvement de remettez la bayonnette.

Second mouvement.

133. Comme le second mouvement de remettez la bayonnette. Excepté que la main droite saisira la douille de la bayonnette, comme il a été prescrit à l'inspection des armes, pour l'arracher du fourreau et là porter brusquement au bout du canon, laisser la main droite à la branche de la bayonnette.

Troisième mouvement.

134.  Porter l'arme comme il a été expliqué au troisième mouvement de remettez la bayonnette.

(PL. V fig. 4.) Croisez = LA BAYONNETTE.

Un temps et deux mouvements.

[42]

Premier mouvement.

135. Comme le premier mouvement du premier temps de la charge, empoigner l’arme à deux pouces au-dessous du chien.

Second mouvement.

136. Abattre l'arme avec la main droite dans la main gauche, qui la saisira un peu en avant de la première capucine, le canon en dessus, le coude gauche près du corps, la main droite appuyée sur la hanche droite, la pointe de la bayonnette à hauteur de l'œil. Les hommes du second et du troisième rang auront attention que la pointe de leur bayonnette ne touche pas l'homme qui est devant eux.

Portez = VOS ARMES.

Un temps et deux mouvements.

Premier mouvement.

137. Tourner sur le talon gauche pour se remettre face en tête ; rapporter le talon droit à côté du gauche, redresser en même temps l'arme de la main droite, la porter à l'épaule gauche et placer la main gauche sous la crosse.

Second mouvement.

138. Laisser tomber la main droite vivement à sa position.

(PL. V, fig. 5.) Descendez = VOS ARMES.

Un temps et deux mouvements.

Premier mouvement.

139. Comme le premier de reposez sur les armes.

Second mouvement.

140. Incliner un peu le bout du canon en avant, la crosse en arrière et à environ trois

[43] pouces de terre ; la main droite appuyée à la hanche contiendra l'arme de manière que les baïonnettes des hommes du second et du troisième rang ne touchent pas ceux qui sont devant eux.

Portez = VOS ARMES.

141. Au commandement porter, redresser l'arme perpendiculairement dans la main droite ; au commandement vos armes, exécuter ce qui a été prescrit pour les porter, en partant de la position de reposé sur les armes.

Observations relatives au maniement des armes.

142. Le maniement des armes déforme souvent chez les hommes de recrue la position du corps, quand elle n'est pas encore parfaitement assurée ; il est donc nécessaire que l'instructeur les ramène souvent à la régularité de la position et du port d'armes dans le cours des leçons.

143. Les hommes de recrue sont aussi fort sujets à creuser les reins et à renverser le corps, surtout au premier temps de la charge, lorsqu'on les y tient trop longtemps ; ainsi l’instructeur doit éviter de trop les arrêter, dans cette position.

TROSIÈME LEÇONS.

Charge précipitée.

144. L'objet de cette charge est de faire distinguer au soldat les temps qu'il doit précipiter, et ceux dont l'exécution exige plus de régularité et d'attention, tels que les temps d'amorcer, mettre la cartouche dans le canon, et bourrer ; en conséquence elle sera divisée en quatre temps principaux, ainsi qu'il suit :

145. Le premier temps s'exécutera à la fin du [44] commandement, les trois autres aux commandements deux, trois et quatre.

146.  L'instructeur commandera, charge précipitée.

Chargez = VOS ARMES.

147. (PL. III, fig. 4.) Exécuter le premier temps de la charge, découvrir le bassinet, prendre la cartouche, la déchirer, la descendre près du bassinet, et amorcer.

DEUX.

148. (PL. III, fig. 5.) fermer le bassinet, passer l'arme à gauche, mettre la cartouche dans le canon, la secouer et l'enfoncer.

TROIS.

149.  (PL. III, fig. 6.) Tirer la baguette, la faire entrer dans le canon jusqu'à la main, et bourrer deux coups.

QUATRE.

150. (PL. III, fig. 1.) Remettre la baguette, et porter l'arme.

CHARGE A VOLONTÉ.

151. L'instructeur enseignera ensuite la charge à volonté, qui s'exécutera comme la charge précipitée, mais de suite, et sans s'arrêter sur les quatre temps marqués ; l'instructeur commandera :

152.                                                     Charge à volonté.

Chargez = VOS ARMES.

Observations relatives aux charges.

153. L'instructeur observera que les soldats qui , sans se presser en apparence, chargent avec calme et sang-froid , sont ceux qui chargent le [45] mieux et le plus promptement , parce qu'ils tournent la baguette sans accrocher celles des hommes qui sont à côté ou devant eux, qu’ils ne manquent ni l'embouchure du canon , ni celle du tenon , qu'ils bourrent mieux , qu'ils ne répandent point la poudre en amorçant, et ne laissent pas tomber de cartouches ou les prenant dans la giberne : objets essentiels auxquels l'instructeur obligera les soldats à donner la plus grande attention.

154. L'instructeur exigera de la régularité dans l'exécution des temps et dans les positions, sans quoi les soldats se gêneraient et s'embarrasseraient réciproquement ; il leur donnera, au bout de quelques leçons, des cartouches de son ou de sciure de bois, et les habituera à amorcer et à bourrer avec soin.

QUATRIEME LEÇON.

FEUX.

155. Les feux seront ou directs ou obliques, et s'exécuteront ainsi qu'il va être expliqué.

Feux directs.

156. L'instructeur fera les commandements suivants :

Feu de Peloton.

1. Peloton.

2. ARMES.

3. JOUE.

4. FEU.

5. CHARGEZ.

157. (PL. VI, fig. 1.) Ces divers commandements seront exécutés comme il a été prescrit au maniement des armes.

[46]

158. Au deuxième commandement, les trois hommes prendront la position qui a été indiquée, suivant le rang dans lequel ils se trouvent placés ; après le cinquième, ils chargeront les armes et les porteront.

Faux obliques.

159. Les feux obliques s'exécuteront à droite et à gauche, et par les munies commandements que les feux directs, avec cette seule différence, que le commandement JOUE sera précédé chaque fois du commandement d'avertissement, oblique à droite ou à gauche, qui sera fait après celui ARMES ; à cet avertissement, les hommes du troisième rang fixeront les yeux sur le créneau où ils devront mettre en joue.

Position des trois rangs dans des feux obliques à droite.

160.  (PL. VI, fig. 2.) Au commandement ARMES ; les trois rangs exécuteront ce qui leur a été prescrit pour le feu direct.

161. Au commandement JOUE, le premier rang dirigera le bout du canon à droite, en inclinant le genou gauche en dedans, sans déranger les pieds.

162. Le deuxième rang dirigera de même le bout du canon à droite, sans bouger les pieds.

163. Le troisième rang avancera le pied gauche d'environ six pouces, et vers la pointe du pied droit de l'homme du second rang de sa file ; avancera aussi le corps en pliant un peu le genou gauche, et dirigera le bout du canon à droite.

164. Les trois rangs effaceront l'épaule droite.

Dans cette position les deux derniers rangs seront prêts à tirer dans le même créneau que dans le feu direct, quoique dans une direction oblique.

165. Au commandement chargez, les trois rangs reprendront la position qui leur a été prescrite dans le feu direct ; le troisième rapportera le pied gauche, le talon contre la bouche du pied droit en retirant l'arme.

[47]

Position des trois rangs dans les feux obliques à gauche.

166. (PL. VI, fig. 3.) Au commandement armes, les trois rangs exécuteront ce qui leur a été prescrit pour le feu direct.

167. Au commandement joue, le premier dirigera le bout du canon à gauche, sans incliner le genou ni bouger les pieds.

168. Le deuxième rang mettra en joue dans le créneau à gauche de son chef de file,  sans bouger les pieds.

169. Le troisième rang avancera le pied gauche d'environ six pouces et vers le talon droit de l'homme du second rang de sa file ; avancera aussi le haut du corps, en pliant un peu le genou gauche, et mettra en joue dans le créneau à gauche de son chef de file.

170. Les trois rangs effaceront l'épaule gauche.

171. Dans cette position, les deux derniers rangs seront prêts à tirer dans le créneau à gauche de leur chef de file, et dans une direction oblique.

172. Au commandement chargez, les trois rangs retireront leurs armes dans la position oblique où elles se trouvent, et amorceront dans cette position ; le troisième rang rapportera le pied gauche, le talon contre la bouche du pied droit ; en passant l'arme à gauche ; les trois rangs prendront la même position que dans le feu direct.

Observations relatives aux feux obliques.

173. Effacer une épaule en mettant en joue ;

Afin de pouvoir diriger le bout du canon plus ou moins obliquement, selon la position de l'objet auquel on visera.

L'instructeur rendra ce principe sensible aux hommes de recrue, en plaçant un homme en [48] avant, plus ou moins vers la droite ou vers la gauche, pour figurer cet objet, lorsqu'ils connaîtront bien l'emboîtement des feux obliques.

Porter le pied gauche à six pouces en avant, et faire avancer le haut du corps au troisième rang ;

Afin d'éviter les accidents, parce que sans cette précaution, les armes du troisième rang ne déborderaient pas suffisamment le premier rang, dans la position oblique où elles se trouvent.

Dans le feu oblique à gauche, retirer les armes et amorcer dans la position oblique où elles se trouvent ;

Parce que si l'on voulait reprendre la même position que dans les feux directs, en retirant l'arme pour amorcer, il faudrait la faire passer par dessus la tête de l'homme qui est devant soi.

Feu de deux rangs.

174. Le feu de deux rangs s’exécutera par les deux premiers rangs ; le troisième ne faisant que charger et passer l'arme au second rang, ne tirera point : au moyen de cette disposition, le premier rang tirera debout.

175. L’instructeur fera les commandements suivants.

1. feux de deux rangs.

2.  Peloton.

3. ARMES.

4. Commencez le feu.

176. Au troisième commandement, tous les trois rangs prendront la position prescrite pour les deuxième et troisième rangs, dans les feux direct et oblique.

177. Au quatrième commandement, l'homme du premier et celui du second rang mettront en joue ensemble [49], et feront feu ; l'homme du troisième rang ne devant pas tirer, ne fera que charger et passer son arme à celui du second rang.

178. L'homme du premier rang chargera vivement son arme, et tirera de nouveau, puis rechargera son arme, fera feu de nouveau ; et ainsi de suite.

179.  L'homme du second rang, après avoir fait feu, passera son arme de la main droite au soldat du troisième rang de sa file ; celui-ci la prendra de la main gauche, et passera la sienne de la main droite au soldat du second rang, lequel tirera avec l'arme de celui du troisième rang, la chargera ensuite, et tirera un second coup avec la même arme, qu'il repassera aussitôt à l'homme du troisième rang, ainsi de suite ; en sorte que l'homme du deuxième rang tire toujours deux coups de suite avec la même arme avant de la repasser à l'homme du troisième rang, excepté la première fois.

180. Après le premier feu, l'homme du premier et du second rang de chaque file ne s’astreindront plus à tirer ensemble.

181. Les trois rangs feront toujours face en tête en passant l'arme à gauche, et après avoir chargé, ils prendront la position indiquée ci-dessus, n°. 79 ; à cet effet, chaque soldat ayant remis la baguette, élèvera son arme de la main gauche, la laissant glisser dans cette main qui se placera contre le ressort de la batterie à hauteur du menton, en même temps qu'il fera un demi à -droite pour revenir à la position prescrite, et que le pouce de la main droite se placera sur la tête du chien pour armer, le petit doigt au dessous et contre la sous-garde. L'homme du troisième rang passera toujours son fusil à celui du second rang, sans être armé.

[50]

182. Lorsque l'instructeur voudra faire cesser le feu, il commandera :

Roulement.

183. A ce commandement, le soldat ne tirera plus ; chaque homme mettra son arme au repos, la chargera ou achèvera de la charger, si elle ne l’est pas, et la portera, les hommes au second et du troisième rang ayant attention de reprendre leur propre arme.

Observations générales relatives aux feux.

184. Les feux seront exécutés dans les commencements sans cartouches, et ensuite avec des cartouches de son ou de sciure de bois, afin d'accoutumer de plus en plus le soldat à amorcer, et à mettre la cartouche dans le canon promptement, mais régulièrement et sans verser la poudre, ainsi qu'à bien bourrer ; et on finira cette instruction par faire exécuter les feux à poudre.

185.  Lorsqu'on exécutera les feux à poudre, on recommandera aux soldats d'être attentifs à observer, en mettant le chien au repos, si la fumée sort par la lumière, ce qui est une indication sûre que le coup est parti ; si la fumée ne sortait pas, le soldat, au lieu de recharger, passerait derrière le rang pour épingler et amorcer de nouveau. Si le soldat croyant le coup parti, avait mis une seconde charge, il devrait du moins s'en apercevoir en bourrant, par la hauteur de la charge ; et il serait très punissable s’il en mettait une troisième. L'instructeur fera donc toujours l'inspection des armes après les feux à poudre, afin de vérifier si quelque soldat a fait la faute de mettre trois charges dans son fusil.

186. L'instructeur doit aussi apporter beaucoup d'attention à ce que le soldat, en mettant le chien [51] au repos, ne réarme pas son fusil par trop de précipitation, faute dont il pourrait résulter des accidents.

Observations générales,

relatives à la seconde partie de l'Ecole du soldat.

187. Lorsque après quelques jours d'exercice de la leçon du maniement des armes, les trois hommes seront affermis dans le port d'armes, l'instructeur terminera toujours la leçon par les faire marcher pendant quelque temps sur un rang, à un pas de distance l'un de l’autre, afin de les affermir de plus en plus dans le mécanique du pas direct et oblique ; il leur montrera à marquer et à changer le pas, ce qui s'exécutera de la manière suivante :

Marquer le pas.

188.  Les trois hommes étant en marche au pas ordinaire, l'instructeur leur commandera :

1. Marquez le pas.

2. MARCHE.

189. Au second commandement, qui sera fait à l'instant où le pied va poser à terre, les soldats simuleront le pas, en rapportant les talons à côte l'un de l'autre, sans avancer, et en observant la cadence du pas.

190. Lorsque l'instructeur voudra faire reprendre le pas ordinaire, il commandera :

1. En avant.

2. MARCHE.

191. Au second commandement, qui sera fait comme ci-dessus, les soldats reprendront le pas de deux pieds.

Changer le pas.

192. Les soldats étant en marche au pas ordinaire, l’instructeur leur commandera :

[52]

1. Changez le pas.

3. MARCHE.

193. Au second commandement, qui sera fait à l'instant où le pied va poser à terre, les soldats rapporteront vivement le pied qui est derrière, à côté de celui qui vient de poser à terre, et repartiront de ce dernier pied.

Organization Index | More on the Reglement du 1791 ]

 



Search the Series

© Copyright 1995-2013, The Napoleon Series, All Rights Reserved.

Top | Home ]