Research: Bibliographic Tools


 

 

 

La section historique de l'état-major de l'armée et les publications faites sous sa direction.

Par Jacques Garnier

Première partie : Généralités

Seconde partie : Les publications concernant la période napoléonienne

Il n'est que de lire les bibliographies accompagnant les études sur les événements militaires de l'Empire pour se rendre compte que, dans tous les cas, les Publications de la Section Historique de l'armée sont citées comme faisant partie, encore aujourd'hui, des ouvrages de référence. Qui ne connaît, en effet, les études d’Alombert et Colin sur la campagne de 1805, de La Jonquière sur celle d’Egypte, de Cugnac sur celle de 1800, etc.

Il n'existe malheureusement pas de bibliographie descriptive complète de ces ouvrages irremplaçables.

A bien paru , sous les auspices du Service historique de l'armée, un ouvrage utile, mais trop incomplet et entaché d'erreurs pour servir véritablement de référence, en ce qui concerne notamment la période napoléonienne. Il s'agit du Guide bibliographique sommaire d'histoire militaire et coloniale française, Paris, Imprimerie nationale, 1969, 522 p. Par exemple, dans cet ouvrage Grasset, La guerre d'Espagne 1807-1813 est cité à deux reprises dans la même page, une fois comme comportant 3 volumes publiés en 1914 une autre comme comportant 2 vol. publiés en 1914 et 1932 alors que les 3 vol. réellement publiés datent de 1914, 1925 et 1932. Nulle part il est indiqué que, malgré leur titre, ils ne traitent que des années 1807 et 1808. De l'ouvrage de Fabry sur la 1ère campagne d'Italie n'est cité que le tome 3, mais avec deux dates, toutes deux fausses. Trop d'études importantes de la S.H.E.M.A. ne sont pas répertoriées : Colin, La surprise des pont de Vienne, Lechartier, La manœuvre de Pultusk, Vidal de La Blache, Friedland, Buat, La campagne de 1809 en Autriche, etc. Et ce n'est pas par manque de place, puisque 3 ouvrages du commandant Lachouque sont cités pour la seule bataille de Waterloo.

Autre bibliographie utile : Commandant P. Chalmin, Guide bibliographique sommaire et méthodique d’histoire militaire à l’usage des chercheurs, Vincennes, Service historique de l’armée, multigraphie format 21X27, 1947, 98 p. Reprend, sans erreurs, un certain nombre des publications de la S.H.E.M.A.

Il a paru, dans la Revue d'histoire, un Catalogue des publications historiques du ministère de la guerre arrêté à la date du 1er janvier 1914, mais il est incomplet, en particulier du fait de sa date de publication.

Première partie – Généralités. Les origines de la S.H.E.M.A.[1]

En matière de recherches et de publications, la Section Historique de l'Etat-Major de l'Armée est l'héritière de l'ancien Dépôt de la guerre créé par Louvois en 1688 et qui a fonctionné sans interruption jusqu'en 1884. La Section Historique lui a succédé à cette date lors de la réorganisation générale du ministère de la guerre. Elle a pris, en mars 1919, la dénomination de Service Historique de l'Armée.

Tout est parti de la création des archives de la guerre : à la fin du XVIIe siècle, on s'aperçut du chaos qui régnait dans le département de la guerre. Chaque ministre avait ses bureaux chez lui et ses papiers s'égaraient souvent, surtout à l'occasion de sa retraite ou de sa mort. Il est même arrivé de retrouver chez des épiciers des correspondances importantes !

Louvois sentit, le premier, le besoin de mettre de l'ordre dans ce «vaste laboratoire» en fondant un établissement destiné à conserver à la postérité les souvenirs des fastes militaires du pays. C'est ainsi que fut créé, en 1688, le Dépôt de la guerre. Après la mort de son créateur, le Dépôt fut quelque peu mis en sommeil. Mais le fonds continua toutefois à être alimenté. A la fin du règne de Louis XIV, les documents furent transférés de Versailles aux Invalides. La régence en retrouva par hasard l'importance et affecta à leur classement... six commis !

Un premier travail de classement - assez sommaire, il est vrai - fut effectué en 1733. Mais cela fut suffisant pour faire juger l'établissement digne d'être dirigé par un officier général : ce fut d'abord, en 1734, le maréchal de Maillebois.

La première utilisation à fin de publication des matériaux ainsi réunis semble être Le siècle de Louis XIV de Voltaire.

La grande chance du Dépôt de la guerre fut la nomination, comme directeur, par le maréchal de Belle-Isle, du lieutenant-général de Vault. C'est lui qui, placé au milieu de toutes les pièces qui contenaient le secret des événements militaires dont il avait été le témoin, et sentant de quels avantages elles pourraient être pour l'instruction, si elles étaient présentées dans un ordre convenable, se détermina à rédiger, d'après le texte original succinctement analysé, l'historique des diverses campagnes, en commençant par la guerre d'Allemagne de 1677. Le modèle était donné : ceux qui relateront les campagnes de Napoléon 1er, les Foucart, Fabry, Margueron, Alombert, Colin, La Jonquière, de Cugnac, etc. n'auront plus qu'à suivre l'exemple. De Vault marqua le Dépôt de son empreinte jusqu'à sa mort, en 1790. Il fut remplacé par le général Mathieu Dumas.

Bientôt, la Révolution et la perspective d'une guerre à soutenir contre l'Europe, changea l'optique d'utilisation du fonds : d'historique elle devint prospective.

Se succèdent alors à sa direction des personnages aussi éminents que les généraux Dupont, Ernouf, Meunier (qui sera plus tard chargé par Napoléon d'établir un nouveau règlement devant remplacer celui de 1791), Clarke, Andréossy, Pelet.

La Section historique de l'état-major de l'armée, succéda, en 1884, lors de la réorganisation générale du Ministère de la guerre. «A l'origine, celle-ci a dû créer ses procédés, ses méthodes et acquérir de l'expérience : souvent aussi elle a dû modifier son tableau de travail pour apporter son concours à des études urgentes entreprises dans d'autres branches des sciences militaires. C'est en 1901 seulement, qu'enfin organisée et assurée dans la voie à suivre, elle a pu préciser le sens de ses efforts et le plan de ses études futures» (Revue d'histoire)

En effet, après la défaite de 1870, beaucoup de spécialistes de la chose militaire ont cru voir la cause de ce désastre dans la méconnaissance par les officiers français de la «manière» du maître, Napoléon 1er, manière qui avait bien été assimilée par les prussiens, spécialement Moltke. On décida donc de faire des études exhaustives des campagnes de la Révolution et de l'Empire. Les premières sont l'œuvre du commandant Foucart. Elles datent de 1880 et sont publiées «d'après les archives de la guerre». Le but plus général assigné à la Section historique, dès sa création, en 1884, était de publier des études sur la totalité des opérations de l'armée française depuis Louis XIV. Malheureusement, ce but n'est pas encore atteint en 1914 et la période suivante verra la S.H.E.M.A. et son successeur (en 1919), le Service historique de l'armée, s'intéresser surtout à la Grande Guerre. C'est ainsi que non seulement l'étude de certaines campagnes ne sera pas mise en chantier, mais encore certaines, commencées, ne seront pas terminées. C'est dommage, car ces ouvrages sont - surtout quand, après 1900-1905, ils s'orientent de la publication des documents figurant au dépôt de la guerre et dans divers dépôts d'archives vers un ensemble plus complet où ces textes originaux sont liés par des commentaires de plus en plus abondants - les études fondamentales sur chacune des campagnes : il suffit de s'y reporter pour éviter la consultation d'autres ouvrages où la sûreté des renseignements communiqués, ou simplement cités, est difficile à vérifier.

La Revue d’histoire rédigée à l’Etat-Major de l’Armée. Paris, Chapelot (mensuelle)

En janvier 1901est créée, par décision du général André, ministre de la Guerre, sur proposition du général Pedesec, chef d’état-major général de l’armée, la Revue d’histoire rédigée à l’état-major de l’armée (section historique). Le n° 1 (janvier 1901) de cette revue porte la mention «IIIe année, Troisième volume» parce qu’elle prend la suite de la Revue militaire – Archives historiques. Les articles qui seront publiés dans la Revue d’histoire (ainsi que dans la Revue militaire – Archives historiques, années 1899 et 1900, comme nous l’avons vu) font donc partie des études de la Section historique. Certains feront l’objet de publication ultérieure en volume, d’autres non. Certains même, destinés à une publication en volume, n’en feront pas l’objet : c’est le cas, par exemple, pour Austerlitz.

La Revue d’histoire paraîtra jusqu’en mars 1914. Interrompue par la guerre, la parution reprendra de manière éphémère de janvier 1938 à octobre 1939.

Deuxième partie - Les publications concernant la période napoléonienne (Consulat et Empire)

(N.B. La classification en : - Opérations, - Organisation et tactique, - Partie documentaire, adoptée dans le Catalogue de la revue d'histoire sera respectée. Par ailleurs, certains commentaires en sont repris en partie.)

1 – Opérations (N.B. En ce qui concerne la relation des opérations, on peut classer les ouvrages de la S.H.E.M.A. en trois «manières» qui correspondent à trois périodes de parution :

-        La 1ère manière, celle d’origine, où est publiée l’intégralité des documents disponibles, reliés par un court texte de liaison (les titres sont identifiés par une *).

-        La 2e manière, où figurent, en plus des documents, d’importantes introductions : on peut considérer qu’il s’agit d’une relation de la campagne complétée par un important appareil d’annexes et de sources. Les titres sont identifiés par deux **.

-        La 3e, et correspondant moins à la méthode de la S.H.E.M.A., où seul figure un texte – important, certes – mais dont les sources sont seulement citées ou résumées : ***. Dans cette catégorie entrent aussi certains articles parus dans la Revue d’histoire : ils ont cette forme, soit parce qu’ils sont le prélude à une publication complète qui n’a jamais eu lieu, soit parce qu’ils traitent des sujets trop particuliers.

Campagne de l'armée de réserve en 1800.

Capitaine de Cugnac, Passage du Grand Saint-Bernard. Paris, Chapelot, 1900, 725 p. *

Capitaine de Cugnac, Marengo. Paris, Chapelot, 1901, 592 p. *

Il s'agit de la publication des documents, rapports, relations contemporaines, etc. « en s'abstenant de toute discussion et de toute appréciation, laissant à chacun le soin de juger et de conclure ». C'est ainsi que la relation de la bataille de Marengo par le capitaine de Cugnac lui-même ne comporte que 32 lignes, alors que les documents, etc. concernant cette bataille tiennent 93 pages... De fait, la synthèse figure dans : Commandant de Cugnac, La campagne de Marengo, Paris, Chapelot, 1904, 252 p. **, où 46 pages sont consacrées à la relation de la bataille. Curieusement, ce volume est toujours décrit comme étant un simple extrait des deux volumes d'origine... Si l’on considère ces 3 volumes dans leur ensemble, ils entrent dans la catégorie **.

La campagne de 1800 en Allemagne[2]

Commandant E. Picard, Le passage du Rhin. Paris, Chapelot, 1907, XV-509 p. ***

Analyse la situation de l'armée du Rhin au début de la campagne, les plans des adversaires et les premières opérations jusqu'au 1er mai 1800.

Capitaine P. Azan, Du Rhin à Ulm[3]. Paris, Chapelot, 1909, IV-388 pages. **

La marche des armées de Moreau du passage du Rhin à Ulm.

Chef d'escadron E. Picard, Hohenlinden. Paris, Lavauzelle, s.d., XIX-409 p. ***

Les opérations de l'armée du Rhin depuis l'armistice de Parsdorf (15 juillet 1800)    jusqu'à la fin de la campagne (armistice de Steyer, 25 décembre 1800). Très importante bibliographie commentée.[4]

Dans la «dernière manière » de la SHEMA : Texte de l’auteur avec notes et références en bas de page

Lieutenant H. Leplus, La campagne de 1800 à l'armée des Grisons. Paris, Chapelot, 1908, XXXIII-457 p. **

Les opérations de Macdonald dans le Tyrol.

La campagne de 1800-1801 à l'armée d'Italie, dans la Revue d'histoire, n° 74, février 1907 et n° 91, juillet 1908. ***

Etude générale de la réorganisation de l'armée d'Italie (provenant de l'ancienne Armée d'Italie et de l'Armée de réserve) après Marengo.

Capitaine P.-C. Alombert, Campagne de l'an XIV (1805). Le corps d'armée aux ordres du maréchal Mortier. Combat de Dürrenstein. Paris, Berger-Levrault, 1897, 420 p.*

Les opérations du corps spécialement constitué pour opérer sur la rive gauche du Danube (6 novembre 1805) jusqu'à sa dissolution (16 décembre 1805).

Contrôleur P.-C. Alombert et capitaine Colin, La campagne de 1805 en Allemagne, Paris, Chapelot, 1902-1908, 4 vol., 898, 888, 1282, 773 p.**

Les opérations de la Grande armée depuis sont départ des camps de la Manche jusqu’au 11 novembre 1805.

Tome 1er : 1ère partie, Préliminaires de la guerre. 2e partie, La Grande Armée. 1902, 746 p. + Documents annexes et cartes, 152 p. + tableaux et cartes H.T.
Tome 2 : 3e partie, Du Rhin au Danube, 1902, 888 p. + cartes H.T.
Tome 3 : 4e partie, Ulm, 1904, 1282 p.
Tome 4 : 5e partie, Saint-Poelten et Krems, 1908, 770 p.

Préface de J. Colin : «Une grande partie des documents relatifs à cette période ont été publiés par notre collaborateur Alombert dans son livre sur le combat de Dürrenstein. Le nombre en est si considérable que nous n’avons pas cru devoir les reproduire ici. Le recueil de documents publié par le capitaine Alombert est donc le complément nécessaire du présent volume».

En effet, le capitaine Alombert avait entrepris, dans le cadre de la S.H.E.M.A., la relation de la campagne de 1805 en Allemagne. Il a publié, en 1897, la partie relative au combat de Dürrenstein citée ci-dessus. Après son départ de la Section historique, c’est le capitaine Colin qui a repris ses notes et publié, sous leurs deux noms les 4 tomes  de La campagne de 1805 en Allemagne. Les importantes introductions précédant la publication des documents (et dont l’ensemble forme certainement la meilleure relation de la campagne) sont de Colin seul.

Capitaine Colin, La campagne de 1805 en Allemagne. 6e partie. Hollabrünn, dans la Revue d’histoire, 1907, n° 75, p. 483-538. ***

Il s’agit du texte d’introduction, semblable à celui figurant dans les volumes. Les documents auraient peut-être dû être publiés à la suite, si était paru un 5e volume de la Campagne de 1805...).

Capitaine J. Colin, La campagne de 1805 en Allemagne. 7e partie. Austerlitz, dans la Revue d’histoire, 1907, n° 76 (p. 53-105), 77 (p. 272-325), 78 (p. 493-547), 80 (p. 372-422). ***

Il est à regretter que la fin n’ait jamais paru, lorsqu’on lit le dernier paragraphe du n° 80 : «Les opérations de guerre sont terminées. Il ne reste plus qu’à résumer les mouvements de la Grande Armée jusqu’à l’entière évacuation du territoire autrichien ; mais auparavant, il semble nécessaire de revenir une dernière fois sur la bataille d’Austerlitz, d’en dégager les traits essentiels, qui n’ont pu ressortir bien nettement dans la relation détaillée, et de comparer les résultats obtenus avec ceux que l’Empereur se promettait. Il n’en reste pas moins que nous avons là certainement la meilleure relation de la bataille d’Austerlitz.

Capitaine J. Colin, La surprise des ponts de Vienne, Paris, Chapelot, 1905, 68 p. ***

L.H. La question des étangs d’Austerlitz, dans la Revue d’histoire, 1908, n° 88, p. 59-71 ***

Réédition de l’ensemble de la campagne d’Allemagne, Paris, Teissèdre, 2002

Capitaine E. Desbrière, Projets et tentatives de débarquement aux Iles Britanniques, Paris, Chapelot *

Tome 1er, 1900, 394 p. (de 1793 à 1798)
Tome 2, 1901, 418 p. (de 1798 à 1801)
Tome 3, 1902, 642 p. (de mars 1803 à l’hiver 1803-1804)
Tome 4 (en deux volumes à pagination continue), 1902, 834 p. (de l’été 1804 à août 1805)

Capitaine E. Desbrières, Le blocus de Brest de 1793 à 1805, Paris, Chapelot, 1902, 56 p. ***

Chef d’escadron E. Desbrière, La campagne maritime de 1805 - Trafalgar. Paris, Chapelot, 1907, 229-389 p. **

Curieusement, cet ouvrage d'un cavalier est considéré, même par les marins, comme le meilleur écrit en français sur le sujet.

Capitaine P. Bressonnet, Etudes tactiques (Saalfeld - Iena - Aurstaedt). Paris, Chapelot, 1909, 394 p. ***

Cet ouvrage n'est pas à vrai dire une histoire de la campagne de 1806. C'est une étude tactique des combats de Saalfeld, Iena et Auerstedt.

Capitaine P. Foucart, Campagne de Prusse (1806). Paris, Berger-Levrault. *

Iena. 1887, 730 p.

Prenslow - Lubeck. 1890, 960 p.

Dans sa préface du tome 1er de La campagne de 1805, Colin écrit : «M. le commandant Foucart a donné, en 1887, le modèle dont on ne s’écartera plus guère : les campagnes de l’Empire ont été trop souvent racontées et discutées pour qu’il soit utile d’en écrire l’histoire une fois de plus, si ce n’est pour donner, avec des textes complets, le moyen d’écarter peu à peu les interprétations inexactes grâce auxquelles on finirait par abriter les doctrines les plus diverses sous le patronage de Napoléon».

Capitaine P. Foucart, La cavalerie pendant la campagne de Prusse (7 octobre - 7 novembre 1806). Paris, Berger-Levrault, 1880, VIII-270 p. *

Ce livre fut publié avant la naissance se la S.H.E.M.A. «d’après les archives de la Guerre», mais est habituellement considéré comme faisant malgré tout partie des ouvrages publiés sous la direction de la S.H.E.M.A.

L’auteur se donne pour but de montrer que la cavalerie française vaut bien la prussienne.

Avant-propos : «C’est dans l’histoire des guerres seule que nous devons tâcher de découvrir le mode d’emploi de la cavalerie. «Que mon fils lise et médite les guerres des grands capitaines ; c’est le seul moyen d’apprendre la guerre.» (Conseils de Napoléon à son fils) Cherchons donc ce qu’a fait notre aînée, la cavalerie du premier Empire ; suivons-la jour par jour et heure par heure, aux avant-postes et sur le champ de bataille...» N’est-ce pas là la définition de la méthode et des buts assignés à la S.H.E.M.A. ?

Capitaine P. Foucart, Campagne de Pologne (novembre - décembre 1806). Pultusk et Golymin. Paris, Berger-Levrault, 1882, 2 vol.,543, 473 p. *

Réédition de l’ensemble des volumes sur les campagnes de Prusse et de Pologne : Paris, Teissèdre, 2006, 5 vol. + 1 vol. de cartes

Commandant G. Lechartier, La manœuvre de Pultusk. Paris Chapelot, 1911, XIX-509 p. ***

Les opérations en Pologne de novembre 1806 à janvier 1807.

Capitaine G. Lechartier, Les services de l'arrière à la grande Armée en 1806-1807. Paris, Chapelot, 1910, XX-664 p. ***

La meilleure étude sur l'état-major de la Grande Armée.

Chef de bataillon Bastard, Campagne de 1807. La manœuvre d’Eylau ***, dans la Revue d'histoire publiée par la Section historique de l'état-major de l'armée, 1914, 2 cartes HT : n° 160: p. 45-78, 161: 224-267, 162: 413-461, 163: 66-104. 1938: n° 5: p. 83-112, 6: 15-42, 7: 251-276, 8: 369-403, 1939 n°9: p.39-66, 10: 163-195. p. 402-403, annexe au chapitre XIV : extrait du journal de route d'un officier prussien qui servait dans l'armée russe (cité par Lettow-Vorbeck, t. IV: p. 88 et suivantes. «Au bivouac, près de Preussich-Eylau, 7 février 1807, 2 heures après midi» Description des conditions épouvantables dans lesquelles se trouve l'armée russe. Il semble que la partie publiée en 1938-1939 (2-8 février 1807) ait été écrite par Bastard lui-même avant sa mort, face à l’ennemi, dans la Meuse, le 6 septembre 1914.

Commandant Vidal de La Blache, Campagne de 1807. Friedland, dans la Revue d’histoire, 1939. p. 25-53, 175-212, 31-54, 327-346, 179-209, 43-65, (à suivre)***

Exposé des opérations jusqu’au siège de Danzig. 1- La retraite après Eylau. Ostrolenka. 2 – Napoléon en face de la coalition. 3 – Le siège de Danzig. Graudenz. (Malgré le titre, la bataille de Friedland n’est donc pas traitée).

Le commandant Vidal de La Blache fut tué, à la tête de son bataillon, en Argonne, en janvier 1915.

Capitaine A. Grasset, La guerre d'Espagne (1807-1813). Paris, Berger-Levrault, 1914-1932, 3 vol.

1 – 1914, LXI-487 p. : octobre 1807 – avril 1808

Importante introduction : Caractère particulier de la guerre d’Espagne. Comment les historiens ont compris le guerre d’Espagne. Comment nous comprenons une histoire de la guerre d’Espagne. Difficultés à vaincre. Les sources.
Importante bibliographie commentée.

2 – 1925, 358 p. : la surprise de l’Espagne
3 – 1932, 288 p. : Medina del Rio Seco, Bailen, Saragosse

Malgré son titre, cet ouvrage ne va donc pas au delà de l’année 1808. La suite n’a jamais paru.

Commandant Balagny, Campagne de Napoléon en Espagne. Paris, Berger-Levrault, 1902-1907, 5 vol. *

1 : Durango, Burgos, Espinosa, 483 p. 14 cartes HT
2 : Tuleda, Somosierra, Madrid, 712 p. 9 cartes HT
3 : Napoléon à Chamarin, la manœuvre de Guadarrama, 707 p. 5 cartes HT
4 : La course à Benavente, la poursuite de la Corogne, 552 p. 8 cartes HT
5 : Almaraz, Uclès, Départ de Napoléon, 567 p. 5 cartes HT

Commandant Balagny, La bataille de Busaco (27 septembre 1810), dans la Revue d’histoire, 1908-1909.***

Commandant Saski, Campagne de 1809 en Allemagne et en Autriche. Paris, Berger-Levrault.*

1 - Organisation et mesures militaires prises par l'empereur. 1899, 587 p. 4 cartes HT
2 - Thann. Abensberg. Landshut. Eckmühl. Ratisbonne. 1900, 386 p. 7 carte HT
3 - Neumarkt. Ebersberg. Vienne. Essling (21-22 mai 1809). 1902, 408 p. 3 cartes HT

Ces trois volumes ne traitent que des opérations de l’armée d’Allemagne. Celles de l’armée d’Italie devaient être étudiées qu’à partie du 26 mai. Ce devait être l’objet d’un 4e volume qui n’a jamais paru. « Première manière » pure : publication des documents reliés par un minimum de textes de liaison

Commandant Buat, De Ratisbonne à Znaim. La campagne de 1809 en Autriche. Paris, Chapelot, 1909, 2 vol. ***

1 – De Ratisbonne à Essling, 328 p., 17 cartes H.T.
2 – D’Essling à Wagram et Znaim, 416 p., 15 cartes H.T.

L’ouvrage n’a pas été édité sous l’égide de la S.H.E.M.A., mais de larges extraits avaient paru dans la Revue d’histoire (D’Essling à Wagram, n° 101 et 102, mai et juin 1909).

C’est une relation de la campagne accompagnée de notes et d’annexes, qui n’est donc pas varaiment dans la « manière » de la S.H.E.M.A.. Il n’en reste pas moins que nous avons là certainement la meilleure relation de la campagne de 1809.

Général Vignolle, Historique de la campagne de 1809 à l’armée d’Italie, dans la Revue militaire, juillet et octobre 1900, et dans la Revue d’histoire, n°1, janvier 1901

Journal historique de la campagne de 1809 à l’armée d’Italie, rédigé par le général Vignolle, chef d’état-major du prince Eugène, vice-roi d’Italie, immédiatement après les événements et complété par les ordres généraux de l’armée et les rapports du prince Eugène à l’Empereur.

Commandant Margueron, Campagne de Russie, Paris, Lavauzelle, s.d. 4 vol.**

- 1ère partie: Préliminaires de la campagne de Russie, ses causes, sa préparation. Organisation de l'armée du 1er janvier 1810 au 31 janvier 1812.

Tome 1, 333 p. : année 1810

Dans son introduction, l’auteur explique sa méthode : « Le but de cet ouvrage est de fournir des matériaux qui forment la substance essentielle de l’histoire de la campagne de 1812, sans les modifier ni les tronquer, en laissant aux esprits éclairés le soin d’apprécier tous les faits ». Ces documents sont reliés par des textes « dans la méthode Colin », mais plus court. Ils n’en sont pas moins très édifiants (Exposé sommaire de l’organisation générale de l’armée en 1810-1811, p. 9-39), Résumé des faits de l’année 1810, p. 40-49, Des conscrits réfractaires et des déserteurs en 1811, p. 236-239, etc.). Des annexes complètent le volume (Puissance de l’Europe ; leurs souverains, ambassadeurs et ministres, Etat de l’armée russe, d’après Boutourlin, Camp de Boulogne, etc.)

Tome 2, 408 p. : Premier semestre 1811
Tome 3, 643 p. : Second semestre 1811

- 2ème partie. Marche de la Grande armée à travers l'Allemagne et sa réunion sur le Niemen du 1er février au 24 juin 1812.

Tome 4, 632 p. : Premier trimestre 1812.

L’ouvrage commence par un texte essentiel de Margueron intitulé Généralités et notions techniques sur les différentes armes (p. 7-38), suivi par Exposé de la situation générale à la fin de janvier 1812 (39-66) et Exposé de la marche de la Grande Armée sur l'Elbe, l'Oder et la Vistule, en février et mars 1812 (67-102). Le reste de l’ouvrage est composé des documents, et d’une annexe, où figure un important texte sur la Composition, emplacement et mouvement des corps de la Grande Armée pendant les mois de février et mars 1812.

Comme cela est courant pour les études de la S.H.E.M.A., l’œuvre projetée, qui devait couvrir la totalité de la campagne, n’est pas terminée, et va pas au delà du 31 mars 1812.

Les préliminaires de la campagne de 1812, dans la Revue d’histoire, n° 146 à 148, février à avril 1913.(n° 146, p. 257-291; 147, 431-450; 148, 82-105).

Reprise, avec un texte un peu différent et résumé, des "exposés" du tome IV de Margueron, La campagne de Russie. Les "exposés" ne vont que jusqu'à mars 1812. Le reste du texte de la Revue d'Histoire est donc original.

Les articles, parus sans nom d'auteur, sont signés L.M., ou Général L.M. (Général L. Margueron)

Campagne de Russie (1812) par L.G.F. (Lieutenant Gabriel Fabry) *

Tome 1. Paris, Gougy, 1900. LXX-656 p.

Préface (1 p. 1/2) : «... Les opérations militaires sont seules traitées dans les pièces que je publie; elles comprennent tout ce que j'ai pu trouver dans les archives publiques. (...) A mon avis ces pages permettent d'élucider deux points d'histoire fort débattus : - quel a été le rôle de la cavalerie ? - quelles sont les causes qui ont amené l'échec de la poursuite contre Bagration, et à qui en revient la faute? ».

Introduction (70 p.): Réunion de textes où sont exposées les idées qui avaient cours dans l'état-major russe : p. II : Mémoire de l'émigré français d'Allonville. p. X : Mémoire de Volgozen, Allemand au service de la Russie. p. XXVII : Projets de Barclay de Tolly et de Phull. p. XXXVI : Projet d'une instruction pour l'adjudant général comte de Saint-Priest. p. XLIV : Plan d'opération du comte Toll. p. LVI : Idées de Knesebeck, de Gneisenau et de Boyen sur le manière de conduire la guerre. p. LXIX : Position des corps russes à l'ouverture des hostilités. p. 1-656 : Opérations, jour par jour, du 24 juin au 19 juillet. Les documents publiés sont liés par de très courts textes de présenation de quelques lignes chacun.

Tome 2. Paris, Gougy, 1900, 394 p., Vitebsk : les opérations, du 20 au 31 juillet.

Tome 3. Paris, Gougy, 1902, XXVI-614-219 p., sous le titre Opérations militaires 1er-10 août , Smolensk. C'est le premier volume de la série à comporter la mention: «Publié sous la direction de la Section Historique de l'Etat-Major de l'Armée» et à comporter le nom de l’auteur (Lieutenant Gabriel Fabry)

La préface, écrite par le colonel Coutanceau, chef de la Section Historique (XXVII p.),  annonce que l'ouvrage se terminera avec le tome IV, à la date du 20 août, car les documents manquent après celle-ci.

Documents annexes: p. 1-162: correspondance de l'Empereur et de Berthier (y compris les lettres inédites conservées aux archives de la guerre). p. 163-217: journal des opérations de la division Preysing par le lieutenant de Flotow.

Tome 4: Paris, Chapelot, 1903, 832-352 p. : 11 août-19 août.

p. 1-832: Opérations.

Documents annexes: p. 3-65: journal des opérations du 1er corps russe. p.66-74: lettre du général Raeffskoï à Jomini, écrite en 1822, à propos de l'ouvrage de Boutourlin.

p. 75-82: extrait du journal du prince de Wurtemberg

p. 83-250: neuvième et onzième corps, registres d'ordre du maréchal Augereau du 23 juin au 12 août, retrouvés postérieurement à la publication du volume précédent.

p. 251-352: situation de la Grande Armée.

Tome 5. Paris, Chapelot, 1903, III-937-36 p. : Supplément 24 juin-10 août.

- Documents administratifs : p. 1-41 : correspondance du général Mathieu Dumas, p. 42-65 : correspondance du contre amiral Baste, p. 66-115 : rapports des officiers d'ordonnance de l'Empereur Napoléon.

- Documents militaires : p. 116-141 : opérations de la Garde, p. 142-145 : opérations de l'artillerie.

p. 146-310 : opérations du 1er corps de Davout (prises par les Russes, elles étaient à Saint-Petersbourg), p. 311-347 : opérations du 3e corps. p. 348-349 : opérations du 4e corps. p. 350-355 : opérations du 5e corps. p. 356-364 (364 / 1 à 36) : opérations du 6e corps. p. 365-491: opérations du 7e corps. p. 492-523 : opérations du 9e corps. p. 524-717 : opérations du corps autrichien. p. 718-808 : opérations du 10e corps. p. 809-878 : opération des troupes du Grand Duché de Varsovie. p. 879-936 : opérations du duc de Bassano.[5]

N.B. le tome 5 a paru avant le tome 4.

Réédition Paris, Teissèdre, y compris les 3 volumes de documents et mémoires : 2007 (en cours)

Fabry a publié des ouvrages directement issus de ses études sur les campagnes de 1812 et 1813 effectuées dans le cadre de la Section Historique, mais n’ayant pas été formellement publiés « sous la direction de la Section Historique ». Ils doivent néanmoins être cités ici car ils sont bien dans la méthode de la S.H.E.M.A.

Campagne de 1812. Documents relatifs à l’aile gauche 20 août – 4 septembre. IIe, VIe et IXe corps publiés par G. Fabry. Paris, Chapelot, 1912, 260 p.

les documents sont reproduits sans aucun texte de Fabry

Campagne de 1812. Documents relatifs à l’aile droite. 20 août – 4 décembre publiés par G. Fabry . Paris, Chapelot, 1912, 271 p.

Les documents sont reproduits sans aucun texte de Fabry.

Campagne de 1812. Mémoires relatifs à l’aile droite. 20 août – 4 septembre publiés par G. Fabry. Paris, Chapelot, 1912, 110 p.

Explication du général Tschaplitz (p. 1-26), Journal de Sacken (27-43), Lettres de Tchitchagof (44-60), Journal des opérations du VIIe corps (61-80), Rapports de Lecocq au roi de Saxe (81-101), Lettres de Schwarzenberg à Metternich (102-110).

Les documents sont reproduits sans aucun texte de Fabry.

Journal des campagnes du prince de Wurtemberg 1812-1814 avec une introduction des notes et des pièces justificatives par C.G.F. (Capitaine Gabriel Fabry). Paris, Chapelot, 1907, CCCXX-245 p.

Dans son introduction de 320 p., Fabry donne une étude très détaillée des opérations de Vandamme dans la 2e quinzaine d’août 1813 jusqu’à Kulm. Cette étude peut, en quelques sortes, bien que de nature différente, faire le pendant à celles sur la Katzbach et Gross-Beeren.

Etudes sur les opérations de l’Empereur, 28 août – 4 septembre 1813, publiées par Fabry, capitaine au 101e régiment d’infanterie. Paris, Chapelot, 1911, 48 + 73 p.

Présentation par Fabry (p. 1-48), Documents (1-73)

« L’étude que je soumets à l’appréciation de mes camarades expose, pour la 1ère fois en France, les différentes tentatives de l’Empereur du 5 au 21 septembre pour arriver à une bataille décisive contre les armées alliées.

Etudes sur les opérations de l’Empereur du 5 septembre au 21 septembrebre 1813, publiées par Fabry. Paris, Chapelot, 1913, 292 p. (Fabry) + 316 p. (documents)

Etudes sur les opérations de l’Empereur du 22 septembre au 30 octobre 1813. Laval, Baméoud, 1913, 256 p. (Fabry) + 299 p. (documents)

Etudes sur les opérations du maréchal Macdonald du 22 août au 4 septembre 1813. La Katzbach, par X. (G. Fabry), Paris, Chapelot, 1910, IX-208 p. (texte de Fabry), 75 p. (documents annexes)

Dans sa préface, Fabry écrit, parlant des mémoires du maréchal Macdonald, « je n’entreprends pas ici une réfutation de ces Mémoires : je me contente de signaler leur inexactitude complète ».

La division Dombrowski dans la campagne de 1812, dans la Revue d’histoire, n°18, juin 1902 et n°20, août 1902

Mémoire du général Dombrowski relatant les opérations de sa division (la 17e du 5e corps de Poniatowski) pendant la campagne de Russie jusqu’au passage de la Bérésina, précédé d’une introduction étudiant le rôle de cette division pendant la campagne.

Commandant Frédéric Reboul, Campagne de 1813. Les préliminaires, Paris, Chapelot ***

- Tome 1er : Le commandement de Murat (5 décembre 1812 – 16 janvier 1813), 1910, 474 p. 6 cartes HT, 3 portraits
- Tome 2 : Le commandement du prince Eugène ; 1ère période, de Posen à Berlin (16 janvier 28 février 1813), 1912, 563 p. 3 cartes HT, 3 portraits

Lieutenant-colonel P. Foucart, Bautzen, Paris, Berger-Levrault

- 1 – Une bataille de deux jours (20-21 mai 1813), 1897, XI-337 p.
- 2 – La poursuite jusqu’à l’armistice (22 mai – 4 juin 1813), 1901, 375 p.

Un fait d’arme à l’armée de Catalogne en juillet 1813, dans la Revue d’histoire, n°108, décembre 1909.***

Capitaine Vidal de La Blache, L’évacuation de l’Espagne et l’invasion dans le Midi (juin 1813 – avril 1814), Paris, Berger-Levrault, 1914, 2 vol. 596 & 611 p.

Les deux hourrahs de Laon et d’Athies, dans la Revue d’histoire, n°133 et 134, janvier et février 1912.

Capitaine L. Hennequin, Le corps d’observation des Alpes en 1815. Une campagne d’un mois, Paris, Lavauzelle, 1909, 99 p.

            Etude des opérations du Corps d’observation des Alpes depuis la mi-juin 1815 jusqu’au milieu du mois de juillet 1815.

Une fausse manœuvre de d’Erlon le 16 juillet 1815, dans la Revue d’histoire n°111, août 1910.

L’armée de Wellington avant Waterloo, d’après le major Robinson, dans le Revue d’histoire n°116, août 1910.

2 - Organisation et tactique

Un chef de partisans en 1800. Le capitaine Mier, dans la Revue d'histoire, n° 105, septembre 1909.

Capitaine G. Lechartier, Les soldats de la Révolution et de l’Empire (à propos d’un ouvrage récent). Paris, Lavauzelle, s.d., 62 p.

Réponse à l’ouvrage du colonel allemand von Freytag-Loringhoven, Die Heerführung Napoleons, critiquant la tenue des soldats français de Napoléon en campagne, les accusant de se comporter « comme une véritable soldatesque ».

Capitaine Vidal de La Blache, La régénération de la Prusse après Iena. Paris, Berger-Levrault, 1910

Exposé des circonstances politiques, économiques et morales dans lesquelles ont agi les hommes de cette période héroïque (Stein, Hardenberg, Fichte, Humboldt), l’esquisse de leurs caractères, l’étendue relative de leur œuvre.

Lieutenant C.- P. Escalle, Des marches dans les armées de Napoléon. Borghetto (1796), Ulm (1805), Iéna (1806), Smolensk (1812), Lützen et dresde (1813), Waterloo (1815). Préface de M. le général Niox. Paris, Chapelot, 1912, XXXIII-297 p. 9 cartes HT ***

La première partie (p. 1-92) est consacrée aux règlements, aux procédés usuels de marche des éléments et à l’organisation des marches en général. La seconde (93-257) à l’application des règles dans quelques campagnes. Utiles annexes sur la formation « en bataille » ou « en carré », sur les routes de l’Europe au commencement du XIXe siècle, etc.

Etudes sur l’avant-garde. Paris, Chapelot, 1914, 8 cartes H.T., 477 p. (Avait paru dans la Revue d’histoire en 1912 et1913) ***

1 - L'avant-garde depuis les origines jusqu'à la fin du XVIIe siècle 
2 - L'avant-garde au XVIIIe siècle 
3 - L'avant-garde dans les armées de la Révolution 
4 - L'avant-garde dans la campagne de 1796-1797 en Italie 
5 - L'avant-garde dans la campagne de 1800 en Allemagne 
6 - L'avant-garde pendant la campagne d'Allemagne en 1805 (R.T.). Toutes les pièces utilisées pour cet article sont extraites, soit de la Correspondance de Napoléon, soit de l'ouvrage d'Alombert et Colin, La campagne de 1805 en Allemagne.
7 - L'avant-garde pendant la campagne de 1806 (Iéna, Lübeck) 
8 - La sûreté dans les opérations de décembre 1806 (Pultusk) (L.F.). Ce chapitre est très inspiré par l'ouvrage du commandant Lechartier, La manœuvre de Pultusk.
9 - L'avant-garde pendant la campagne de 1807 (V.B).
10-La sûreté dans la campagne de 1809 (L.F.). Les documents cités sont extraits de l'ouvrage du commandant Saski, Campagne de 1809 en Allemagne.
11-La notion d'avant-garde chez les écrivains militaires de 1815 à 1859.
12-L'avant-garde pendant la campagne de 1859 en Italie.

« Dans la plupart de ses campagnes, Napoléon emploie une cavalerie d'armée ; mais elle n'est pas toujours utilisée en entier à l'exploration ou à la sûreté éloignée ; en principe, les unités auxquelles ces rôles incombent, opèrent en liaison intime avec les corps avancés ; elles ne sont détachées isolément qu'en de rares occasions et dans des terrains spéciaux, la plaine de Leipzig, la région découverte »

Les méthodes de commandement de Napoléon en Espagne, par J.L., dans la Revue d’histoire, 1911, n° 132, p. 458-483, 133, p. 57-90, 134, p. 235-263, 135 p. 430-453. ***

L’auteur montre que, dans la guerre d’Espagne, Napoléon a toujours cherché à étendre le plus possible son action personnelle et à restreindre le rôle des généraux, non seulement dans la direction des opérations, mais aussi dans le choix des moyens. « Jamais, dans cette longue guerre, Napoléon ne s’est vraiment placé au point de vue d’un chef de gouvernement. Il a toujours voulu rester, en fait, le seul général en chef des armées d’Espagne ».

Général Kukiel, La guerre de 1812, avant-propos du général Faury, dans la Revue d’histoire, 1938, p. 260-295 ***

Extrait de Wosna 1812 roku (La guerre de l'année 1812, par le général Kukiel, de l'armée polonaise, Cracovie, 1937, Editions de l'académie polonaise des sciences et des lettres, 2 vol. in-8°, tome 1: 444 p., 6 cartes, tome 2: 564 p. 13 cartes)

Le général Kukiel, de l'armée polonaise, a partagé sa vie entre l'armée et l'université. Il a participé à la guerre de 1914-1918 avec les légions polonaises. A l'université, il avait été l'élève du professeur Askénazy. Sa production historique est consacrée presque entièrement à la période napoléonienne.

L'œuvre sur laquelle se sont concentrés ses efforts est sa monographie documentaire et critique de la guerre de 1812. Il y a travaillé pendant 24 ans. Il estimait que les travaux d'ensemble étaient trop anciens (Chambray), ou partiels (Margueron, Fabry, Chuquet). L'ouvrage a été publié en polonais. Le texte de la Revue d'histoire en est le résumé que le général Kukiel a présenté à l'académie polonaise.

Guigues, L’organisation des services de la Grande Armée., dans la Revue d’histoire, 1939, n°104, p. 105-125 ***

L’auteur se propose de résumer l’organisation des services de la Grande Armée et de voir comment elle a rempli son rôle au cours des campagnes du Premier Empire.

L’organisation de la Grande Armée en 1813, les levées et l’esprit public par M.S., dans la Revue d’histoire, 1913 n° 155, p. 230-256; 156, p. 406-428; 157, p. 28-56; 158, p. 229-254; 159, p. 401-419; 160, p. 79-99. ***

Importante 1ère partie sur la situation politique et économique de l’Empire en 1812. Les 2e et 3e chapitres traitent de la conscription, le 4e du retour de l’Empereur et du sénatus-consulte du 11 janvier 1813. L’étude concernant l’année 1813 à proprement parler et l’année 1814 était annoncée, mais ne semble pas avoir été publiée.

Napoléon et les places fortes d’Allemagne en 1813, par F.R., dans la Revue d’histoire, 1911 n° 123, p. 449-477, 124, p. 102-127, 125, p. 267-294. ***

L’importance des places fortes dans l’esprit de Napoléon. Ce qui lui fait écrire, en 1806 : « Sans les places de dépôt, on ne peut pas établir de bons plans de campagne ; et sans les places que j’appelle de campagne, c’est à dire à l’abri des hussards et des partis, on ne peut pas faire de guerre offensive »

Napoléon et les places fortes en 1814, par L.H., dans la Revue d’histoire, 1911, n°130: p. 50-79 et 131, p. 262-291. *** A noter une erreur de titre du chapitre II. Au lieu de « la défense de la France et de la Belgique. Emploi des lignes d'eau et des fortifications, d'après les instructions de Napoléon », qui est la reprise du titre du chapitre I, il faut lire « Lyon et le sud-est de la France ».

L’auteur montre que, dans l’esprit de Napoléon, les places frontières devaient jouer un double rôle : appuyer la défense des troupes actives tenant la campagne et retenir ensuite sous leurs murs une partie des troupes mobiles de l’ennemi. Ce dernier rôle a été en partie rempli en ce qui concerne l’armée de Schwarzenberg, mais pratiquement pas en ce qui concerne celle de Blücher.

3 - Partie documentaire

Lieutenant-colonel E. Picard, Mémoires et journaux du général Decaen. Paris, Plon. Tome 1, 1793-1799 - Siège de Mayence - Armée de Rhin et Moselle - Armées du Danube et du Rhin.

1910, 459 p. Tome 2, 1800-1803 - Armée du Rhin - Bonaparte et Decaen - Départ pour l'Inde. 1911, 440 p.[6]

Mémoire sur la cavalerie et les troupes légères au début du Consulat, dans la Revue d'histoire, n° 149, mai 1913 et n° 150, juin 1913. ***

Mémoires du général Bennigsen, avec une introduction et des notes du capitaine du génie E. Cazalas, Paris, Lavauzelle, s.d.

Tome 1 : Introduction. Campagne de 1806-1807 (1ère partie), novembre 1806 – mars 1807, XXXVII-328 p., 3 cartes H.T.
Tome 2 : Campagne de 1806-1807 (2e partie), mars – juin 1807 et annexes, 368 p., 3 cartes H.T.
Tome 3 : Campagne de 1812 et 1813 et annexes, XXXIII-469 p., 4 cartes H.T.[7]

Idées de Napoléon sur la défense de l’Italie en 1809, par R.R., dans la Revue d’histoire, n°122, 1911, p. 260-295. ***

« La campagne de 1809 en Italie ne présente qu'un intérêt de second ordre, tant à cause de la brièveté des opérations, peu glorieuses d'ailleurs pour nos armes, que de la personnalité un peu effacée des deux adversaires, l'archiduc Jean et le prince Eugène. Mais, à défaut de grands talents militaires, le vice-roi a pour nous le mérite d'être le beau-fils de Napoléon, et maintes fois le confident de sa pensée. (…) Les conseils et les critiques ne lui firent pas défaut. (…) Comment Napoléon a-t-il laissé surprendre par l'offensive autrichienne son armée d'Italie, dispersée et à peine couverte ? Comment, la retraite s'imposant pour cette armée, entendait-il l'utilisation des lignes de défense naturelles ? Quel rôle attribuait-il, pour soutenir cette retraite, à la fortification ? Tel est l'objet de cette étude. »

La guerre nationale de 1812. Publication du Comité scientifique du grand état-major russe. Traduction du capitaine du génie breveté E. Cazalas, Paris, Lavauzelle, s.d.

Tome 1er : Préparation à la guerre en 1810. 2 vol. 194 et 466 p., 2 cartes H.T.
Tome 2 : Préparation à la guerre en 1811 (janvier – mai), 500 p.
Tome 3 : Préparation à la guerre en 1811 (mai – juillet), 443 p.
Tome 4 : Préparation à la guerre en 1811 (juillet – août), 481 p.
Tome 5 : Préparation à la guerre en 1811 (septembre – octobre), 448 p.
Tome 6 : Préparation à la guerre en 1811 (novembre), 416 p.
Tome 7 : Préparation à la guerre en 1811 (décembre), 415 p.

Passage de la Bérésina, dans la Revue d’histoire, n°139, juillet 1912

Série de documents qui ne sont pas directement relatifs à cet épisode. Dans son Etude sur les opérations de l’Empereur, 28 août – 4 septembre, Fabry écrit : « Le document publié dans la Revue d’histoire de mai 1911 relatif au passage de la Bérézina l’avait déjà été par moi dans les rapporte de Berthier ».

Journal des opérations des 3e et 5e corps en 1813, publié par le lieutenant G. Fabry, Paris, Chapelot, 201 p., 1 carte H.T.

Correspondance inédite de Napoléon 1er, publiée par le lieutenant-colonel Ernest Picard et Louis Tuetey. Paris, Charles-Lavauzelle, s.d.

Tome 1er : 1804-1807, 724 p.
Tome 2 : 1808-1809, 856 p.
Tome 3 : 1809-1810, 962 p.
Tome 4 : 1811, 918 p.

Le général de division comte Duhesme offre ses services à l’Empereur (2 mai 1815), dans la Revue d’histoire, n°147, mars 1913 ;

Notes

[1] Paraîtront ultérieurement : 2e partie, Ancien régime, 3e partie, Révolution, 4e partie, Restauration et monarchie de juillet, 5e partie, Second Empire, 6e partie, ouvrages traitant de toutes les époques.

[2] Le colonel Carrion-Nisas, auteur d’un Essai sur l’histoire générale de l’art militaire (Paris, Delaunay, 1824, 2 vol.), avait publié, dans le tome V du Mémorial du Dépôt de la Guerre, Paris, Picquet, 1829, p. 1-434, une Campagne des Français en Allemagne, année 1800. Cette œuvre, malgré ses imperfections, a l’avantage d’avoir été conçue dans l’esprit des travaux du lieutenant-général de Vault et de la S.H.E.M.A. : utilisation et publication de nombreuses sources, dont certaines autrichiennes.

[3] Cet ouvrage, du fait de son titre, est souvent cité dans les bibliographies comme concernant la campagne de 1805. Même de remarquables historiens comme l’Américain Scott Bowden ou le Français Alain Pigeard commettent cette erreur. Ce qui prouve qu’il faudrait avoir la prudence de ne citer que les livres que l’on a lus...

[4] Ernest Picard est aussi l’auteur d’un ouvrage remarquable sur les relations entre Bonaparte et Moreau depuis avant le 18 brumaire jusqu’à leur rupture définitive, en 1803-1804 : Bonaparte et Moreau, Paris, Plon, 1905, 443 p.

[5] Pour le passage de la Bérésina, Voir l'importante introduction de Fabry aux mémoires de Langeron sur les campagnes de 1812, 1813 et 1814, Paris, Picard, 1902

[6] Pour les commentaires, voir : Jean Tulard, Nouvelle bibliographie critique des mémoires sur la période napoléonienne.

[7] Voir :Jean Tulard, Nouvelle bibliographie…

 

Placed on the Napoleon Series: April 2007

 

Research Index | Bibliographic Index  ]



Search the Series

© Copyright 1995-2007, The Napoleon Series, All Rights Reserved.

Top | Home ]