REGLEMENT Concernant l�exercice et les Man�uvres de l�Infanterie

Du 1er ao�t 1791

DE PAR LE ROI

Sa Majest� s��tant fait rendre compte des ordonnances et instructions provisoires pr�c�dem�ment rendues sur l'exercice et les man�uvres de l'infanterie , et voulant r�gler d�finitivement ce qui concerne ces objets, a ordonn� et ordonne ce qui suit :

T I T R E��� II.

Ecole du Soldat.

Cette �cole, qui a pour objet l'instruction des recrues, devant influer d'une mani�re sensible sur l'instruction des compagnies, dont d�pend celle des bataillons et des r�gimens ; doit �tre �tablit; et surveill�e avec le plus grand soin par les officiers sup�rieurs : elle sera' sp�cialement dirig�e et command�e par les adjudans-majors , qui r�pondront au commandant du Régiment, de l'exactitude et des progr's de instruction ; en cons�quence , l'un des deux adjudans-majors , � four de r�le, ainsi que l'un des deux adjudans, y as�sisteront constamment.

Les nouveaux officiers seront toujours employ's p�tulant six mois au moins � l'�cole des recrues sous les ordres des adjudans-majors, et ne pour�ront eu �tre exemples que sur l'ordre du comman�dant du Régiment, et lorsqu'ils seront en �tat d'ex�cuter eux-m�mes, de bien commander et d�expliquer [10] clairement tout ce qui sera prescrit dans l'�cole du soldat et dans celte du peloton.

Les chefs des compagnies devant �tre respon�sables envers le commandant du Régiment et l�officier sup�rieur de leur bataillon, de l'instruction g�n�rale de leurs compagnies respectives, ne per�dront pas de vue celle de leurs recrues : ils d�signeront eu cons�quence les sergens et caporaux qui devront les former, et chargeront les officiers et le sergent-major de leur compagnie de veiller au progr's de leur instruction.

Il y aura toujours, autant que possible, un reniiez-vous g�n�ral indiqu� pour le rassemblement des recrues de chaque Régiment, et l'un des officiers sup�rieurs y assistera, lorsque leurs occu�pations le leur permettront.

Lorsqu'il y aura un certain nombre de recrues en �tat de passer � l'�cole du peloton, l'adjudant-major les r�unira, et les fera exercer, soit par un des nouveaux officiers attach's � l��cole, soit par un sous-officier ; il surveillera lui-m�me cette instruc�tion, et y fera observer la progression prescrite dans l'�cole du peloton.

Lorsque l'adjudant-major jugera qu'un on plu�sieurs des recrues qui composent ce peloton, sont en �tat de passer au bataillon, il en fera pr�venir les chefs des compagnies dont seront ces hommes, et les fera exercer en leur pr�sence, les chefs des compagnies prononceront ensuite, s'ils les trou�vent suffisamment instruits, leur admission au bataillon.

Division de l��cole du soldat.

L'�cole du soldat sera divis�e en trois parties, La premi�re partie comprendra ce qu'on doit ensei�gner � l'homme de recrue, avant de lui faire porter l'arme. [11]

La seconde comprendra le maniement des armes, les charges et les feux.

La troisi�me comprendra les diff�rens pas, les principes de la marche de front et de flanc, des alignements, des conversions et des changemens de direction.

Chaque partie sera divis�e en quatre le�ons, ainsi qu'il suit :

Premi�re Partie.

1re. Le�on. ���� Position du soldat sans armes. Mouvement de t�te a droite et a gauche.
2e. Le�on.������ A droite, � gauche, demi-tour a droite.
3e. Le�on.������ Principes du pas ordinaire direct.
4e. Le�on.������ Principes du pas oblique.

Seconde Partie.

1re. Le�on.����� Principes du port d'armes.
2e. Le�on.������ Maniement des armes.
3e. Le�on. ����� Les charges pr�cipit�es el � volont�.
4e. Le�on.������ Les feux directs, obliques et de deux rangs.

Troisi�me Partie.

1re. Le�on.����� R�union de cinq � neuf hommes pour la marche de front et les diff�rens pas.
2e. Le�on.������ Marche de flanc.
3e. Le�on.������ Principes d'alignement.
4e. Le�on.������ Principes des conversions et changemens de direction.

Chaque le�on sera suivie d'observations, qui auront pour objet de d�montrer l'utilit� des prin�cipes qu'on y aura prescrits. Les instructeurs ne sauraient trop s'attachera les �tudier et � en faire l'application, lorsqu�ils instruiront des recrues.

Le ton de commandement sera toujours anim�, et d'une �tendue de voix proportionn�e au nombre de recrues qu'on exercera.

Il y aura deux sortes de commandemens ; les [12] commandemens d'avertissement et ceux d�ex�cution.

Les commandemens d�avertissement qui seront distingu's dans l�ordonnance par des lettres ita�liques, seront, prononc's distinctement, et dans le haut de la voix, en allongeant au peu la derni�re syllabe.

Les commandemens d�ex�cution seront distin�gu's dans l'ordonnance par des majuscules, et se�ront prononc's d'un ton ferme et bref.

Les commandemens dont l'�nonciation sera s�par�e dans l'ordonnance par des tirets, seront coup's de m�me en les pronon�ant.

Les instructeurs expliqueront toujours ce qu'ils enseigneront, en peu de paroles, claires et pr�cises ; ils ex�cuteront toujours eux-m�mes ce qu'ils commanderont, afin de donner ainsi l'exemple en m�me temps qu'ils expliqueront le principe. Ils s�attacheront � accoutumer l'homme de recrue � prendre de lui-m�me la position qu'il devra avoir, et ne le placeront eux-m�mes que lorsque sou d�faut d'intelligence les y obligera.

PREMIERE�� PARTIE.

1. La premi�re partie de l'�cole du soldat sera toujours enseign�e, autant que possible, homme par homme, et au plus ?? deux ou trois hommes r�unis, lorsque le nombre des recrues � dresser, et celui des instructeurs qu'on y pourra employer y obligeront ; on les placera alors sur un rang, � un pas de distance l'un de l'autre : le soldat sera sans armes.

PREMI�RELE�ON.

Position du Soldat.

2. (PL. III fig. 1 et 2.) Les talons sur la m�me ligne, et rapproch's autant que la [13] conformation de l'homme le permettra ; les pieds un peu moins ouverts que l'�querre, et �galement tourn's en dehors ; les genoux tendus sans les roidir, le corps d'aplomb sur les hanches, et pench� en avant ; les �paules effac�es et �galement tombantes, les bras pendant naturellement, les coudes pr's du corps, la paume de la main un peu tourn�e en dehors, le petit doigt en arri�re et contre la couture de la culotte ; la t�te droite sans �tre g�n�e ; le menton rapproch� du cou sans le couvrir ; les yeux fix's � terre, � environ quinze pas devant soi.

3.Observations relatives � la position du soldat.

Les talons sur la m�me ligne ;

Parce que s'il y en avoit un qui f�t plus en arri�re que l'autre, l'�paule du m�me c�t� s�effacerait, ou bien la position du soldat seroit g�n�e.

Les talons plus ou moins rapproch's ;

Parce que l's hommes cagneux et ceux qui ont la jambe forte, ne peuvent pas les joindre.

Les pieds �galement tourn's en dehors, et point trop ouverts ;

Parce que si un pied �tait plus tourn� en dehors que l'autre, il entra�nerait l'�paule, et que si les pieds �taient trop tourn�s, il ne serait pas possible d�faire porter le haut du corps en avant, sans que la position ne dev�nt chancelante.

Les genoux tendus, ma's sans roideur ;

Parce que si l'homme les raidissait, il en r�sul�terait pour lui de la g�ne et de la fatigue.

Le corps d'aplomb sur les hanches ;

Parce que c'est le seul moyen de donner � l'homme un parfait �quilibre. L'instructeur [14] observera que la plupart des recrues ont la mauvaise habitude de pencher une �paule, de creuser un c�t� ou d'avancer une hanche, sur tout la hanche gauche, lorsqu'on leur fait porter l'arme, et il s'attachera � corriger ces d�fauts.

Le haut du corps pench� en avant ;

Parce que les hommes de recrue sont ordi�nairement dispos's � faire le contraire, � avan�cer le ventre, � creuser les reins, et � reverser les �paules quand ils veulent se tenir droits, ce qui a de grands inconv�niens dans la marche, ainsi qu'il sera expliqu� dans les observations sur les principes du pas. L'habitude de pencher le haut du corps en avant est si importante � faire contracter, que l'instructeur doit, dans les commencements, rendre celle position m�me forc�e, sur tout pour les hommes dont la position naturelle pr�senterait la disposition contraire.

Les �paules effac�es ;

Parce que si l'homme avoit les �paules en avant, et le dos vo�t�, ce qui est le d�faut ordinaire des hommes de la campagne, il ne pourrait ni s�aligner ni manier son arme avec adresse : il est donc tr's important de corriger ce d�faut ; en cons�quence, l'instructeur aura attention que l'habit et la veste des recrues aient l'ampleur n�cessaire pour ne pas g�ner la position qu'on voudra leur donner, et � ne pas rejeter les �paules trop en arri�re en les faisant effacer, pour ne pas faire creuser les reins, ce qu'il faut �viter avec soin.

Les bras pendants naturellement, les coudes pr's du corps, la paume de la main un peu tourn�e eu dehors, le petit doigt en arri�re et contre la couture de la culotte ;

Parce qu'il est important, soit pour la perfection du port d'armes, soit pour n'occuper dans [15] le rang que l'espace n�cessaire � pouvoir manier ses armes avec facilit� que le soldat ait les coudes bien plac�s. Cette position des bras, des coudes et des mains remplit ces divers objets, et a de plus l'avantage de l'aire effacer les �paules.

La t�te droite sans �tre g�n�e ;

Parce que s'il y avoit de la roideur dans la t�te, elle se communiquerait � toute la partie sup�rieure du corps dont elle g�ner oit les mouvements, ce qui rendrait cette attitude p�nible et fatigante.

Les yeux fix's droit devant soi ;

Parce que la position -de la t if le directe est le plus s�r moyen d'accoutumer les soldats � main�tenir leurs �paules carr�ment ; principe essentiel, auquel il faut -les habituer avec le plus grand soin.

4. L�instructeur ayant donn� � l'homme de re�crue la position, il lui apprendra � tourner la t�te � droite et � gauche ; � cet effet il commandera :

1. T�te =A DROITE.

2. FIXE.

5. A la fin de la seconde partie du premier com�mandement, le soldat tournera la t�te � droite sans brusquer le mouvement, de mani�re que le coin de l'�il gauche du c�t� du nez, r�ponde � la ligne des boutons de la veste, les yeux fix's sur la ligne des yeux des hommes du m�me rang.

6.Au deuxi�me, il replacera de m�me la t�te dans la position directe, qui doit �tre la position habituelle du soldat.

7.Le mouvement de t�te A-GAUCHE s'ex�cu�tera par les moyens inverses.

8.L'instructeur veillera � ce que le mouvement de la t�te n'entra�ne pas les �paules, ce qui pourrait arriver si on le brusquait.

9.Lorsque l'instructeur voudra ensuite faire [16] passer de l��tat d'attention � celui de repos, il commandera :

R E P O S.

10. A ce commandement, le soldat ne sera plus tenu � garder l'immobilit� ni la position.

11. L'instructeur voulant lui faire reprendre l'une et l'autre, fera les commandemens suivais:

1.Garde � vous.

2.�� P E L O TON.

12. Au premier commandement, le soldat fixera son attention.

Au deuxi�me il reprendra la position prescrite, ainsi que l'immobilit�.

DEUXIEME���LE�ON.

A droite, � gauche, demi-tour � droite.

13. Les � droite et les � gauche s'ex�cuteront en en temps ; l'instructeur commandera :

1. Peloton par le flanc droit (ou gauche).

2. A DROITE (OU A GAUCHE).

14.Au deuxi�me commandement le soldat tournera sur le talon gauche, �levant un peu la pointe du pied gauche, et rapportera en m�me temps le talon droit � c�t� du gauche, et sur la m�me ligne.

1.PELOTON.

2. Demi-tour = A DROITE.

Premier temps.

15. Le demi-tour � droite s'ex�cutera en deux temps ; l'instructeur commandera :

16. Au commandement de demi-tour, faire un demi � droite, porter le pied droit en arri�re, la boucla vis-�-vis et � trois pouces du talon gauche, saisir en m�me temps la giberne par le coin avec la main droite.

[17]

17. Au commandement de � droite, tourner sur les deux talons, en �levant un peu les pointes des pieds, les jarrets tendus, faire face en arri�re, rapporter en m�me temps le talon droit � c�t� du gauche, et l�cher la giberne.

18. Lorsque le soldat portera l'arme, il la tournera de la main gauche au premier temps du demi-tour � droite, comme il sera expliqu� au premier mou�vement de la charge, et la replacera dans la posi�tion du port d'armes, � l'instant o� il rapportera le talon droit � c�t� du gauche.

19. L'instructeur observera que ces mouvements ne d�rangent pas la position du corps, qui doit demeurer inclin� en avant.

TROISI�ME LE�ON

Principes du pas ordinaire direct.

20. La longueur du pas ordinaire sera de deux pieds, � compter d'un talon � l'autre, et sa vitesse de 76 par minute.

21. L�instructeur voyant l'homme de recrue af�fermi dans la position, lui expliquera les principes et le m�canisme du pas, en se pla�ant � trois ou quatre pas devant et face au soldat, et ex�cutant lui-m�me lentement le pas, afin de joindre ainsi l'exemple en m�me temps qu'il expliquera le prin�cipe ; il commandera ensuite :

1. En avant

2. MARCHE.

22. (PL. III, fig. 3.) Au premier commandement, le soldat portera le poids du corps sur la jambe droite.

23. Au deuxi�me commandement il portera vivement , mais sans secousse , le pied gauche en avant, a deux pieds du droit , le jarret tendu , la pointe du pied un peu baiss�e et l�g�rement tourn�e en dehors [18] ainsi que le genou ; portera en m�me temps le poids du corps en avant, et posera, sans frapper , le pied gauche � plat , pr�cis�ment � la distance o� il se trouve du pied droit, tout le poids du corps se portant sur le pied qui pose � terre ; le soldat passera vivement , mais sans secousse��� la Jambe droit en avant , le pied passant pr's de terre, le posera � la m�me distance et de la m�me mani�re qu�il vient d��tre expliqu� pour le pied gauche , et continuera de marcher ainsi , sans que les jambes se croisent , sans que les �paules tournent , et la t�t� restant toujours dans la position directe.

24. Lorsque l'instructeur voudra arr�ter la marche, il commandera:

1.Peloton.

2.HALTE.

25. Au deuxi�me commandement, qui sera fait � l�instant o� l�un ou l'autre pied indiff�remment va poser � terre, le soldat rapportera le pied qui est derri�re, � c�t� de l'autre, sans frapper.

26. Observations relatives aux principes du pas. Porter le poids du corps sur la jambe droite au commandement en avant ;

Pour disposer l'homme � pouvoir former plus vivement son premier pas , ce qui est fort essentiel en troupe.

La pointe du pied baiss�e, mais sans affectation ;

Parce que la pointe du pied baiss�e tait tendre le jarret, et dispose le pied � poser � plat.

La pointe du pied peu tourn�e en dehors ;

Parce que si on tournait les pieds trop en dehors, le corps seroit sujet � chanceler.

Le haut du corps en avant ;

Afin que le poids du corps porte sur le pied � terre, que le pied qui est derri�re puisse [19] se lever ais�ment, et que le pas ne soit pas rac�courci.

Marcher le jarret tendit ;

Parce qu'une troupe ne pouvant, sans se g�ner et se d�coudre, marcher comme si chaque homme �toit isol�, puisqu'il n'en existe pas deux qui marchent absolument de la m�me mani�re, il est n�cessaire que les recrues apprennent � marcher un pas uniforme, qui soit marqu� et cadenc�, sans quoi il n'y aurait point d'ensemble.

Passer le pied pr's de terre ;

Parce que si les soldats levaient la jambe plus que cela n'est n�cessaire, ils perdraient du temps et se fatigueraient inutilement. D'ailleurs, si n'ayant pas un principe d�termin�, ils levaient la jambe ou ployaient les genoux, les uns plus, les autres moins, les pieds ne poseraient pas eu m�me, temps � terre, et il n'y aurait ni cadence ni ensemble.

Poser le pied � plat sans frapper ;

Afin d'�viter le balancement du corps et le rac�courcissement du pas, quianraient lieu n�cessai�rement si le talon posait � terre le premier, ou si l'on frappait en posant le pied ; ce dernier mou�vement aurait encore l'inconv�nient de fatiguer, inutilement les soldats et de rompre la cadence, parce que les uns l�veraient le pied plus, les autres moins.

La t�te directe ;

Parce que la position de la t�te directe emp�che que les �paules ne tournent, et fait que le soldat marche carr�ment.

27. L'instructeur indiquera de temps en temps � l'homme de recrue la cadence du pas, en faisant le commandement un � l'instant o� il l�ve le pied, [20] et celui deux � l�instant o� il devra le poser, et en observant la cadence de 76 � la minute. Cette m�thode contribuera infiniment � bien imprimer au soldat les deux temps dont le pas est naturellement compos�.

QUATRIEME LE�ON.

Principes du pas oblique.

28. La vitesse du pas oblique sera comme celle du pas ordinaire direct de 76 par minute : la lon�gueur de ce pas va �tre indiqu�e ci-apr�s.

29. Lorsque les soldats de recrue auront acquis l'habitude de bien former le pas direct, de les faire �gaux eu longueur et en vitesse, l'instructeur leur apprendra � marcher le pas oblique, et ou le d�composera pour en faire mieux comprendre le m�canisme, ainsi qu'il suit.

30. (PL. II.) L'homme de recrue �tant de pied ferme , l�instructeur lui fera porter le pied droit obliquement � droite eu avant, � environ 24 pouces du gauche , observant de taire tourner un peu la point du pied droit en dedans,pour emp�cher l��paule gauche d'avancer ; le soldat restera dans cette position.

31. Au commandement deux de l'instructeur, l'homme de recrue portera le pied gauche, parla ligne la plus courte, � environ 17 pouces eu avant du talon droit ; et restera dans cette position.

32. Il continuera � marcher de celle mani�re, au commandement un, deux, en arr�tant � chaque pas, ayant la plus grande attention � maintenir les �paules carr�ment et la t�te directe.

33.Le pas oblique � gauche s'ex�cutera d'apr's les m�mes principes : le soldat partira d'abord du pied gauche.

34.Apr's quelques le�ons de cette esp�ce, on [21] fera marcher � l'homme de recrue le pas oblique adroite cl � gauche sans le d�composer, ce qui s'ex�cutera ainsi qu'il suit.

35. Le soldat �tant en marche directe au pas ordinaire, l'instructeur, commandera:

1.Oblique � droite

2. MARCHE.

36. Au deuxi�me commandement qui sera fait � l'ins�tant ou le pied gauche pose � terre, l'homme de recrue commencera le pas oblique � droite, en observant de se conformer � ce qui a �t� prescrit ci-dessus, relativement � la formation, � ta longueur des pas et � la carrure des �paules, mais sans s'arr�ter sur chaque pas, et observant d'en faire 76 par Minute.

37. Le pas oblique � gauche s'ex�cutera d'a�pr's lus m�mes principes ; l'instructeur fera le commandement marche, � l'instant o� le pied droit pose � terre.

38. Pour reprendre la marche directe, l'instruc�teur commandera :

1. En avant.

2. MARCHE.

39. Au second commandement qui sera fait � l'instant o� l'un on l'autre pied indiff�remment pose � terre, le soldat reprendra la marche directe et le pas de deux pieds.

Observations relatives au pas oblique.

40. L�instructeur Veillera , comme dans la le�on pr�c�dente , � ce que le soldat marche le jarret tendu , que le poids du corps se porte sur le pied qui pose � terre , que les pieds se portent toujours par la ligne la plus courte , � la place o� ils doi�vent priser , que la t�te reste toujours directe , et que les �paules ne tournent pas.

41. On exercera beaucoup les hommes de recrue [22] � marcher ce pas, qui est difficile dans les commencements, mais tr's - utile dans les mouvemens de ligne ; c'est d'ailleurs un moyen excellent de leur donner de l'aplomb, et de les habituer � maintenir la direction des �paules ; ainsi on les fera marcher obliquement cinquante ou soixante pas de suite, avant de leur faire reprendre la marche directe.

42. Lorsque l'homme de recrue saura bien for�mer le pas oblique, l'instructeur ne s'attachera pas avec une pr�cision rigoureuse � faire observer les mesures qui ont �t� prescrites pour ce pas, il donnera pour principe essentiel au soldat, de ga�gner le plus de terrain possible de c�t�, et en avant dans la m�me proportion, sans d�ranger la ligne des �paules, qui doit toujours �tre la m�me que dans la marche directe.

Observations g�n�rales relatives au pas direct et oblique.

43. Pour juger si la position du corps est con�forme aux principes qui ont �t� prescrits, si le pas se forme r�guli�rement, et si le poids du corps se porte sur le pied qui pose � terre , l'instructeur se placera souvent � dix ou douze pas en avant , et lace � l'homme de recrue ; si alors il n'apper�ait pas la semelle des souliers lorsqu'il l�ve et pose les pieds , s'il ne remarque aucun mouvement dans les �paules, ni balancement dans le haut du corps, il pourra cire assur� que les principes sont bien observ�s.

44. Lorsqu'on montrera les principes du pas � deux ou trois hommes � la l'ois, on n'exigera point qu'ils s'occupent de l'alignement, pour ne pas trop partager leur attention ; d'ailleurs lors�qu'ils auront contract� l'habitude de faire des pas �gaux en longueur et vitesse, ils auront [23] acquis le vrai moyen de conserver l'alignement.

45.L'instructeur doit aussi observer dans le m�me cas de la r�union de deux on trois hommes, de les placer � un pas de distance l'un de l'autre, pour emp�cher qu'ils ne prennent la mauvaise habitude d'�carter les coudes, ou de s'appuyer sur l'homme qui est � c�t� d'eux.

 

 | More on the Reglement du 1791 ]

 



 | Home ]